Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est arrivé ce lundi matin à Kaboul en Afghanistan pour passer le réveillon du jour de l’An 2013 avec nos soldats engagés en opération. En décembre, environ 4.750 militaires sont engagés sur des théâtres extérieurs

Chef de groupe de Nijrab2.jpgIl rencontrera les 1.500 militaires français encore présents à Kaboul sur le camp militaire de Warehouse, l’aéroport international de KAIA et l’hôpital militaire.

Le ministre rencontrera les autorités politiques afghanes à l’occasion d’un entretien avec le président Hamid Karzaï et avec le ministre afghan de la Défense, Bismillah Khan Mohammadi. Jean-Yves Le Drian doit également s’entretenir avec le général de Bavinchove, commandant de la force PAMIR, et avec le général Allen, COMISAF.

La Bretagne marquera ce réveillon du jour de l’An : quatre sonneurs du bagad de Lann-Bihoué joueront à Kaboul ce soir, et 8.000 crêpes offertes par un boulanger industriel breton seront dégustées au même moment.

A 20h30 ce soir (minuit à Kaboul), nos soldats engagés en Afghanistan pourront saluer en direct à la télévision leur famille et les Français lors du passage à l’an 2013.

Demain le ministre visitera le laboratoire européen de lutte contre les engins explosifs improvisés. Créé en  2006 afin de faire face à la menace croissante des IED et dans le cadre de la montée en puissance de la FIAS (Force internationale d’assistance et de sécurité) qui finit alors de prendre en compte l’ensemble du territoire afghan, la FIAS créé une « task force » dédiée à la lutte contre les IED, la TF Paladin, basée à Bagram.

L’Agence européenne de défense (AED), avec un budget d’un million d’euros, a acquis et déployé un laboratoire d’analyse spécialisé dans les IED. La France est nation cadre de ce projet. Le laboratoire a été projeté en Afghanistan à Kaboul fin juillet 2011 ; il est opérationnel depuis mi-août 2011. Ce laboratoire est armé par une dizaine d’experts (5 Français, 2 Néerlandais, 1 Espagnol, 1 Polonais et 1 Américain) et intègre le réseau d’analyse de la TF Paladin.

Il reçoit les prélèvements réalisés sur le terrain dans le RC Capital, par les équipes WIT (Weapon Intelligence Team) et EOD (Explosive Ordnance Disposal) qui font l’analyse de 1er niveau et assurent la neutralisation des armes. Le laboratoire dispose d’équipements pour réaliser des analyses biométriques, chimiques et électroniques. L’objectif est d’essayer de trouver l’origine de la fabrication pour démanteler les réseaux de poseurs d’IED, et de faire avancer le RETEX pour lutter contre les IED.

TF Paladin.jpg

Crédit photos : ECPAD / EMA / Armée de Terre 

Discours de Jean-Yves Le Drian aux forces

Mon général,

Officiers, sous-officiers, soldats de l’opération PAMIR,

C’est mon quatrième séjour en Afghanistan depuis que j’ai pris mes fonctions, mais c’est le premier réveillon que je passe dans les forces. Et je suis très heureux d’être venu au camp de Warehouse, pour partager ces moments avec vous. C’est la condition des militaires que d’assurer, souvent loin de chez eux, les missions que la France leur a confiées. En cette nuit particulière, je mesure combien l’absence peut être une épreuve, pour vous comme pour vos proches. Je ne les remplace évidemment pas, mais je tenais à être à vos côtés pour cette fin d’année.

Il y a dix jours, le Président de la République, Chef des armées, recevait plusieurs de vos camarades au palais de l’Elysée. A cette occasion, il a rendu hommage à l’engagement de nos soldats en Afghanistan. Au nom de la Nation tout entière, il leur a exprimé sa profonde reconnaissance. Cette reconnaissance vous est directement destinée. Depuis onze ans, c’est grâce à des hommes et des femmes comme vous que la France a pu répondre présent à l’appel des Nations qui s’inquiétaient de voir ce pays aux mains d’un terrorisme international, menaçant notre sécurité à tous. Et c’est grâce à des hommes et des femmes comme vous que nos deux objectifs, qui étaient de contenir Al Qaida et de rendre à l’Afghanistan sa souveraineté, sont en passe d’être remplis. A mon tour, je veux saluer votre professionnalisme exemplaire et votre dévouement exceptionnel : sur le théâtre afghan, ils font honneur à la France.

2012 touche à sa fin. Elle aura été une année de transition. En mai dernier, le Président de la république avait pris l’engagement, devant les Français, de retirer d’ici la fin de l’année nos troupes combattantes d’Afghanistan. C’était une décision souveraine, mais élaborée en bonne intelligence avec nos Alliés. Ils en avaient compris les raisons et les motivations car tous, sur le fond, partageaient déjà notre analyse : le moment était venu de transférer aux autorités afghanes les responsabilités de sécurité et la défense de leur pays.

Au début de l’été 2012, le détachement de l’armée de l’air basé à Kandahar regagnait la France. Fin juillet, nous transférions la responsabilité de la Surobi aux forces afghanes. Fin septembre, nous quittions les districts de Tagab et d’Alah Say où nombre de vos camarades sont tombés. Le 20 novembre, enfin, nous transférions la base opérationnelle avancée de Nijrab au 201e corps de l’armée nationale afghane. Cette cérémonie militaire marquait la fin des quatre années d’opérations françaises en Kapisa et la fin du retrait des troupes participant directement aux actions de combat en Afghanistan.

Aujourd’hui nous y sommes. En cette date symbolique du 31 décembre, l’engagement du Président de la République est devenu une réalité. Je tenais à marquer solennellement ce moment avec vous.

Alors que votre contingent compte actuellement 1.500 militaires, ceux qui prendront votre suite ne seront plus que 500 en juillet. Même si vos missions peuvent être différentes, tous, ici présents ce soir, vous formez l’équipe « France » engagée de façon responsable et solidaire sur ce théâtre difficile.

Pour certains d’entre vous, il s’agit d’accompagner le développement de l’Afghanistan à travers la formation de ses cadres, soldats et policiers. C’est ainsi que la France prend toute sa part de responsabilité dans le cadre du traité de coopération et d’amitié qui rapproche désormais nos deux pays. Pour d’autres, votre rôle est d’œuvrer aux côtés de nos alliés, tant dans les états-majors qu’au sein de l’hôpital ou de la base aérienne de KAIA, ou encore d’apporter le soutien indispensable à notre contingent. Pour nombre d’entre vous, enfin, vous travaillez à la manœuvre logistique d’envergure que nous avons engagée, et notamment à tenir un calendrier exigeant.

Comme le disait le grand général américain Eisenhower, « l’ignorance de la logistique est parfaitement capable de transformer en cuisante défaite le plus brillant des plans de bataille ». C’est aussi en ce sens que le volet logistique du désengagement de nos forces combattantes constitue un défi de grande ampleur. Là encore, mais d’une façon singulière, vous démontrez le professionnalisme dont nos armées sont capables. Jusqu’à présent, vous avez conduit cette manœuvre complexe et risquée de manière ordonnée, toujours en bonne intelligence avec nos alliés mais également nos partenaires afghans. Je forme le vœu que nous continuions de la même façon.

D’ores et déjà, je veux saluer le travail remarquable des états-majors, des unités, des hommes et des femmes qui ont planifié, préparé, conduit et maitrisé de manière toujours professionnelle, le retrait des unités combattantes et le retour de nos équipements. En sept mois, ce sont près de 2.000 soldats qui ont été désengagés, tandis que la moitié de nos équipements sont déjà de retour sur le territoire métropolitain.

Grâce à votre engagement, le calendrier exigeant que nous nous sommes fixé est en passe d’être tenu, sans que de nouvelles pertes ne soient à déplorer, malgré les tentatives nombreuses des insurgés. Je tenais à vous en féliciter très chaleureusement.

Tous, quel que soit votre rôle personnel dans le dispositif, vous avez toutes les raisons d’être fiers du travail qui a déjà été accompli. Gardez ce même niveau d’exigence jusqu’à la fin de votre mission. Le succès est à ce prix.

2013 nous attend. Avant de vous rejoindre pour des échanges informels, et partager avec vous cette nuit de réveillon, je voudrais vous dire un dernier mot. Je souhaite à chacun et chacune d’entre vous, ainsi qu’à toutes celles et tous ceux qui vous sont chers, bonheur et sérénité pour cette nouvelle année. Je souhaite que les valeurs de courage, de dévouement, de solidarité, qui sont au coeur de votre engagement en Afghanistan et qui font la force de notre Défense, continuent de vous animer, de nous animer en 2013.

Ci-dessous, visionnez la totalité des vidéos du webdocumentaire sur la brigade La Fayette (2007-2012).