La « poliorcétique » désigne tout ce qui permet de s’emparer d’un espace clos ou au contraire, à l’intérieur, de résister aux assaillants. Retour sur des siècles d’histoire qui embrassent  Troie, Stalingrad, Sarajevo, et jusqu’à Kobané dans l’actuel conflit syrien.

Ce matin nous allons parler de la poliorcétique à travers les âges. Ce mot d’origine grecque n’est pas forcément familier à tous, mais si je vous rappelle qu’il s’agit de traiter des places fortes et des villes assiégées, vous conviendrez que les événements de Kobané, cette cité farouchement disputée en Syrie depuis des mois, à la frontière de la Turquie, entre Daesh et les Kurdes, que ces événements donnent à ce sujet une actualité singulière.

Poliorcétique : le terme englobe l’ensemble des procédés qui sont utilisés en vue de s’emparer d’un espace clos et de ceux que peuvent employer ses occupants afin de résister aux assaillants. Il suffit d’y songer un instant pour faire resurgir une foule de souvenirs littéraires et cinématographiques, depuis la guerre de Troie jusqu’à Stalingrad, Sarajevo ou Falloujah. Et pour se persuader qu’on ne doit pas se borner ici à évoquer l’évolution de l’art de la guerre, en termes stratégiques et tactiques, mais considérer aussi les dimensions politiques, sociales et même financières de ces affrontements spécifiques.

Hervé Drévillon, professeur à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, directeur de l’Institut des Etudes sur la Guerre et la Paix, est un spécialiste reconnu de l’histoire des conflits armés. Avec lui nous allons courir au pied ou au sommet des murailles, entre fossés, pont-levis et barbacanes, parmi beaucoup de mitraille, d’huile ou de poix bouillantes, instruments de morts multiples qui sont aujourd’hui grandement modernisés, sans empêcher que perdure de siècle en siècle, de siège en siège, des comportements, des calculs et des passions indéfiniment perpétués. Jean-Noël Jeanneney.

Programmation sonore :

  • Témoignage d’une combattante kurde de la ville de Kobané en Syrie, interviewé par Omar OUAHMANE, France Inter, le 16 octobre 2014.
  • Extrait de la Guerre des Gaules de Jules CÉSAR lu par Maxence MAILFORT dans l’émission « Lieux de mémoire » sur France culture le 8 février 1996, suivi d’un second extrait diffusé dans l’émission « Une vie, une œuvre » consacrée à Jules César, de Catherine PAOLETTI, diffusée sur France culture le 17 novembre 1994.
  • Extrait du film « Jeanne la Pucelle » de Jacques RIVETTE, sorti en 1994, avec Sandrine BONNAIRE dans le rôle de Jeanne d’ARC.
  • Texte de VAUBAN sur la ville de Briançon, lu par Jean BRUNEL, diffusé dans un documentaire de Michel BICHEBOIS sur France culture, le 18 août 1980.
  • Actualités Gaumont sur la ligne Maginot.

Bibliographie :

  • Hervé DRÉVILLON, Les rois absolus (1629-1715), Belin, 2011.
  • Hervé DRÉVILLON, Batailles. Scènes de guerre de la Table ronde aux tranchées, Seuil, 2007.
  • Hervé DRÉVILLON, L’Individu et la Guerre. Du chevalier Bayard au soldat inconnu, Belin, 2013.
  • Geoffrey PARKER, La révolution militaire, Gallimard, 1993, rééd. 2013.
  • André CORVISIER (dir.), Dictionnaire d’art et d’histoire militaires, PUF, 1988.
  • Isabelle PIMOUGUET-PÉDARROS, La Cité à l’épreuve des rois. Le siège de Rhodes par Démétrios Poliorcète (305-304 av JC), Presses universitaires de Rennes, 2011.
  • Michèle VIROL, Vauban. De la gloire du roi au service de l’État, Seyssel, Champ Vallon, 2003, rééd. 2007.  
  • Alain MONOD, Vauban ou la mauvaise conscience du roi, Riveneuve, 2008.

Invité(s) :

  • Hervé Drévillon, professeur à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne où il dirige l’Institut des études sur la guerre et la paix, directeur d’études à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire