La venue du 1er au 3 septembre du prince héritier saoudien Salmane ben Abdel Aziz à Paris n’est pas anodine, et même capitale pour les industriels français de l’armement, DCNS ainsi que MBDA, Thales, Airbus Helicopters et Défense Conseil International (DCI) pour la formation. C’est ce que rapporte Michel Cabirol sur le site La Tribune.fr, qui souligne l’enjeu de cette visite : la signature d’une Letter of intent (LoI) entre Paris et Ryad pour l’achat de 6 frégates multimissions FREMM fabriquées par DCNS et fortement équipées : missiles de croisière (MDCN), missiles Aster 15/30 et missiles navals Exocet block 3 de MBDA, 10 hélicoptères navals NH90 (NFH) d’Airbus Helicopters… 

Au total, un contrat estimé à 15 milliards d’euros étalés sur une dizaine d’années, selon le journal économique, qui ajoute que selon ses sources, l’Arabie Saoudite serait très demandeuse de réaliser cette opération le plus rapidement possible. 

Client majeur de la France, l’Arabie saoudite avait commandé en 2013  pour 1,8 milliard d’euros d’armement, représentant plus du quart des commandes réalisées cette année, selon Michel Cabirol.