Dassault Aviation, BAE Systems et leurs partenaires industriels ont reçu hier un contrat de 150 M€ de la part des gouvernements français et britannique pour réaliser sur deux ans une étude conjointe de faisabilité du Système de combat aérien futur (SCAF), qui marque officiellement le début des travaux. Cette première phase préfigure ce qui pourrait donner lieu à un programme de démonstration complet qui définira l’avenir de l’aviation de combat en Europe. 

FCAS 3Suite à la signature de l’accord politique au salon aéronautique de Farnborough en juillet dernier, Dassault Aviation et BAE Systems ont aujourd’hui reçu un contrat de deux ans de la part des gouvernements français et britannique, afin de contribuer à définir l’expression de besoin franco-britannique pour un Système de combat aérien futur (SCAF).

Le contrat a été officiellement notifié à Eric Trappier, Président-Directeur général de Dassault Aviation, et Ian King, Président exécutif (CEO) de BAE Systems, par les responsables des agences nationales d’acquisition de matériels de défense, nommément Laurent Collet-Billon, Délégué Général pour l’Armement (DGA), et Bernard Gray, Chief of Defence Materiel du ministère britannique de la Défense, à l’occasion d’une cérémonie organisée au Siège de Dassault Aviation à Saint-Cloud.

Eric Trappier a déclaré : « Nous sommes ravis d’entamer cette nouvelle phase qui préparera le futur des systèmes aériens de combat, avec et sans pilote. Elle assure aux entreprises Françaises et Britanniques de conserver leur excellence technologique qui est vitale pour leur compétitivité dans un environnement concurrentiel mondialisé. Elle montre surtout l’attachement de la France et de la Grande-Bretagne à leur ambition de rester des puissances aéronautiques de premier plan. »

Ian King a déclaré pour sa part : « Ce contrat marque un jalon majeur dans le partenariat qui lie nos deux nations, gouvernements et industries. Cette Phase de Faisabilité permettra aux industriels britanniques et français de travailler en étroite collaboration et jettera de solides bases pour envisager à terme un programme potentiel de démonstration du Système de combat aérien futur, tout en soutenant de nombreux emplois hautement qualifiés ».

La coopération entre la France et le Royaume-Uni est considérée comme la meilleure façon de tendre vers une solution viable de drone de combat et de renforcer en même temps les relations des deux gouvernements en matière de défense. Le contrat d’étude conjointe de 150 M€ sera complété par des financements nationaux français et anglais supplémentaires d’une valeur cumulée de 100 M€ sur la même période.

L’étude de deux ans posera les fondations sur lesquelles un programme conjoint à long terme sera bâti, en insistant sur deux points clés :

  • Le développement de concepts pour un système opérationnel,
  • La maturation des principales technologies nécessaires à un futur système aérien de combat sans pilote à bord (UCAS) à vocation opérationnelle.

A l’issue de la phase d’étude, prévue fin 2016, des travaux pourraient débuter pour développer un démonstrateur technologique d’UCAS à même de répondre aux futurs besoins militaires des deux nations.

La Phase de Faisabilité garantira des centaines d’emplois hautement qualifiés chez Dassault Aviation et BAE Systems, et également chez les partenaires industriels comme Rolls-Royce, Selex ES, Snecma (Safran), Thales et autres PME participant au programme. De plus, ce contrat soutiendra le secteur stratégique des industries aérospatiales militaires des deux  nations ; il souligne l’importance qu’accordent les gouvernements français et britannique à la sauvegarde d’une capacité souveraine de supériorité aérienne de nouvelle génération.

Dans le domaine des capteurs embarqués, Thales et Finmeccanica-Selex ES sont des partenaires de choix. Cet accord crée une force européenne sans équivalent dans l’électronique de défense, qui permettra à la France et à la Grande-Bretagne d’utiliser des drones de combat dans des environnements à haut risque. En fournissant des solutions innovantes en matière de capteurs, les deux partenaires soutiennent et développent des technologies souveraines et une base de compétences stratégique dans les deux pays, qui bénéficieront aux plateformes de combat avec ou sans pilotes.

Deux dimensions majeurs soutiennent ce projet innovant : La souveraineté et l’indépendance. Les deux pays ne dépendront d’aucune nation tierce pour développer le démonstrateur et mettre en service la future solution opérationnelle qui suivra. Le déploiement opérationnel de ce futur drone ne dépendra que des intérêts respectifs français et britanniques.

Une interrogation est soulevée concernant ce programme : va t-il remettre en question la dimension aéronavale de la Grande-Bretagne dont les aéronefs sont à décollage vertical ? 

Visionner ICI la conférence de presse

Crédit : Stéphane Gaudin  Theatrum Belli

Crédit : Stéphane Gaudin Theatrum Belli

Dassault Aviation, BAE Systems and their industrial partners have been awarded a €150m/£120m contract by the French and UK governments for a two year co-operative Future Combat Air System (FCAS) Feasibility Phase study, formally signaling the start of work. This is the first step towards what could become a full demonstration programme that shapes the future of combat aerospace in Europe.

Saint-Cloud, France, November 5th, 2014: Following the political-level agreement announced at the Farnborough Air Show in July this year, Dassault Aviation and BAE Systems are pleased to have been awarded a two-year contract by the French and UK governments to help define the Franco-British requirement for a Future Combat Air System (FCAS) programme.

The contract was officially awarded to Eric Trappier, Chairman and CEO of Dassault Aviation, and Ian King, CEO of BAE Systems, by the heads of the French and British defence procurement agencies, Laurent Collet-Billon, Délégué Général pour l’Armement for the French DGA, and Bernard Gray, Chief of Defence Materiel for the UK MoD, during a ceremony at Dassault Aviation’s headquarters, Saint Cloud, France.

Eric Trappier said: “We welcome this new step, which prepares the future of both manned and unmanned combat air systems. It ensures French and British companies to maintain their technological excellence which is vital to their competitiveness in a globalized environment. It mainly shows the commitment of France and Britain in their ambition to remain leading aviation powers”.

Ian King said: “This contract award is a key step in the partnership between our two nations, governments, and industries. The Feasibility Phase will allow UK and French industry to work closely together and provide a strong foundation for a potential follow-on Future Combat Air System Demonstration programme as well as supporting a number of highly skilled jobs.”

Cooperation between France and the UK is seen as the optimum way to progress a UCAS (Unmanned Combat Air System) solution, whilst supporting both governments’ intentions for closer defence ties. The joint study contract of €150m/£120m is to be supplemented with additional French and UK national funding to the combined value of €100m/£80m in the same period.

The two-year study will build the foundations on which a long-term joint programme will be based by focusing on the following key points:

  • The development of concepts for an operational system, and
  • The maturation of key technologies that will be required for a future operational UCAS.

Following the completion of the study at the end of 2016, work could then commence on a UCAS demonstration development programme that addresses both nations’ future military requirements.