L’enseignant belge de 40 ans, qui a été libéré dimanche après une détention de cinq mois exactement en Syrie, est déjà rentré en Belgique, ce lundi à 5h40. Il a confié au « Soir » ses impressions.

Jusqu’à ce dimanche, jour de la libération, sur laquelle les ex-otages savent peu de choses ou ne veulent pas en dire plus. Pierre n’est pas près de retourner en Syrie, où il s’est déjà rendu huit fois depuis le début des événements en 2011. « C’est devenu trop dangereux pour les étrangers. L’ALS est en déliquescence. De nombreux groupes rebelles sont très radicaux, anti-occidentaux, anti-chrétiens même. La révolution n’est plus ce qu’elle était… »

Selon lui, la révolution syrienne a «connu une évolution très importante depuis sept, huit mois» : «On est face à des vagues islamistes ou du brigandage de certains groupes qui rançonnent les territoires. Je pense qu’il est devenu très dangereux pour les occidentaux d’encore se risquer en Syrie dans les conditions actuelles d’une révolution qui est en pleine déliquescence et qui tourne à autre chose».

Lire la suite sur la page du SOIR