Faut-il croire le ministre des affaires étrangères français lorsqu’il affirme, en août 2013, au siège de l’ASEAN, que « La France, elle aussi, a engagé un « pivot », non par effet de mode, mais parce que la France veut être présente là où se construit le monde de demain. L’Asie-Pacifique sera de façon évidente au coeur du XXIème siècle » ?

Le rythme des visites officielles françaises ces trois dernières années atteste, certes, de la prise de conscience tout à la fois du retard français en Asie du Sud-Est et des immenses opportunités offertes par cette aire au succès économique retentissant, au coeur du débat stratégique actuel.

Pour autant, notre « pivot » n’est qu’amorcé. Le but de ce rapport d’information est de proposer une « feuille de route » concrète pour le faire entrer davantage dans les faits, et de mobiliser sur l’urgence à être présents dans une région d’avenir. Faute de quoi nous risquons fort d’y « sortir des radars ».