L’Institut Rideau et le Centre canadien de politiques alternatives publient un nouveau rapport sur le projet du gouvernement canadien de construire des navires de patrouille extracôtiers pour l’Arctique.

Titanic Blunder: Arctic/Offshore Patrol Ships on course for disaster est le fruit des recherches de Michael Byers, professeur de sciences politiques à l’Université de la Colombie-Britannique, et Stewart Webb,chargé de recherche invité à l’Institut Rideau et associé de recherche au Salt Spring Forum.

L’acquisition de six à huit navires de patrouille extracôtiers pour l’Arctique a été annoncée en 2007, avec un budget de 3,1 G$, avec une projection de 4,3 G$ de dépense pour l’exploitation et la maintenance pour une durée de vie de 25 ans.

Parmi les principales conclusions de la recherche :

  • Les NPE/A sont des navires de compromis, qui seront inefficaces dans l’Arctique et trop lents et instables pour des fonctions de patrouille au large des côtes de l’Atlantique et du Pacifique
  • Les NPE/A coûteront de 8 à 10 fois le prix par navire que l’Australie et les États-Unis payent pour des patrouilleurs rapides, construits selon un devis spécifique
  • On peut prévoir de nouveaux compromis, alors que le ministère de la Défense nationale se débattra, dans le cadre du budget établi en 2007, pour compléter l’acquisition de navires qui répondent à un design complètement nouveau.

Le rapport fait les recommandations suivantes :

  • Annuler l’acquisition des navires de patrouille extracôtiers / de l’Arctique.
  • Commander de 6 à 8 patrouilleurs rapides, construits selon un devis spécifique et basés sur un design éprouvé.
  • Reconstruire la flotte des brise-glaces de la Garde Côtière, en tenant compte des changements dans les conditions de couverture glaciaire et du besoin pour ces navires de jouer de plus un rôle constabulaire.