L’industrie européenne d’armements terrestres a profité pendant les années 2000 d’un marché florissant, grâce aux guerres d’Afghanistan et d’Irak ainsi qu’à la croissance des BRICS et d’une nouvelle vague d’émergents. Cependant, depuis 2008 le contexte politico-économique mondial a perdu de son dynamisme. Les pays européens sont soumis à des pressions économiques et budgétaires grandissantes, celles-ci se répercutant sur leurs dépenses de défense. Dans ce contexte, les firmes européennes de défense terrestre se tournent vers les pays hors Europe conservant une croissance plus favorable. La fragmentation de cette industrie s’avère le principal défi auquel ces firmes sont confrontées et l’article explore des scénarios d’évolutions possibles pouvant permettre de le relever. 

Aude-Emmanuelle Fleurant est directrice du pôle armement et économie de défense de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM, Paris).

Yannick Quéau est chercheur associé au Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité (GRIP, Bruxelles).

VBCI au 152e RI. Crédit photo : Stéphane Gaudin / Theatrum Belli

VBCI au 152e RI. Crédit photo : Stéphane Gaudin / Theatrum Belli