A l’attention des entreprises européennes d’armement : QinetiQ contraint de se retirer du marché de défense US. Au suivant… QinetiQ se voit donc contraint de vendre sa division Services US. C’en est doncfini du rêve américain pour cet ancien joyau de ce qui fut jadis la BITD (base industrielle et technologique de défense)  britannique. Partie à la conquête du marché US, acceptant même un « proxy agreement » qui l’a rendue de facto américaine, l’entreprise a dû finalement se rendre compte de ce que l’on avait déjà noté à propos de BAE Systems : « en cette période de coupes budgétaires massives, même cette américanisation exemplaire ne suffit pas. La société commence à souffrir outre-Atlantique de sa nationalité résiduelle, et de ses origines pas 100% US. » A noter cette phrase de Leo Quinn, PDG de QinetiQ, interviewé par Reuters : « C’est un marché dur, nous étions en situation de désavantage sur le plan concurrentiel, nous avons donc décidé que les affaires [de la division US] auraient de meilleures perspectives dans une entreprise de nationalité américaine »