Depuis la parution de l’article en anglais dans Il Federalista/The Federalist, les événements ne font, hélas, que confirmer le constat de la réatlantisation en cours de l’Europe de la défense. Que ce soit la crise en Ukraine, offrant visiblement un formidable prétexte aux efforts de rebond de l’OTAN ; ou notre inexorable enfermement dans le piège de la coopération avec l’Amérique en matière d’armement ; ou les atermoiements au sujet de l’opération européenne en Centrafrique ; ou les pressions qui s’accentuent pour civilianiser la PSDC y compris ses groupements tactiques ; ou encore le nouveau discours de symbiose transatlantique tel qu’il nous a été servi depuis la conférence de la sécurité de Munich jusqu’au dernier sommet de l’Alliance atlantique ; il s’agit à chaque fois de manifestations palpables d’un choix délibéré de la part des élites euro-occidentales. Un choix qui va pourtant à contre-courant de ce que dicteraient les événements, le bon sens, nos intérêts et notre dignité. Sans parler du désir (assez peu perceptible, il faut le dire) de tenir, tant bien que mal, notre place dans la « mêlée mondiale ».

novembre 2014