1811. La Russie et la France sont alliées, mais Napoléon reproche au tsar Alexandre Ier sa politique commerciale favorable aux Anglais. Voulant à terme affaiblir ses ennemis jurés d’outre-Manche, Napoléon prépare une guerre punitive contre la Russie, qu’il espère ramener à la raison en deux mois. Juin 1812 : la plus grande armée jamais vue dans l’histoire européenne pénètre sur la terre des tsars. Mais les Russes refusent le combat et reculent, pratiquant la politique de la terre brûlée pour épuiser et affamer l’envahisseur. Napoléon n’écoute pas son conseiller, le général Caulaincourt, qui lui affirme que les Russes veulent enliser ses troupes pour les faire tomber dans le piège ultime : l’hiver.