Le ministre de la Défense est arrivé ce matin à Tessalit, au nord du Mali, pour y rencontrer les militaires français engagés dans l’opération Serval. Il leur a adressé un message de fierté et d’encouragement à l’égard de la mission qu’ils effectuent contre les groupes djihadistes qui avaient fait du massif des Ifoghas leur sanctuaire.

Crédit photo : ECPAD / EMA

Crédit photo : ECPAD / EMA

« En délogeant les djihadistes de leurs derniers bastions, vous êtes les têtes de pont de cette guerre sans répit que la France a décidé de livrer contre les groupes terroristes qui sévissent encore au Mali. Sur vous, ainsi que sur nos frères d’armes tchadiens, dont je sais les souffrances et dont je salue le grand courage, repose désormais une grande part du succès de l’opération Serval », a-t-il déclaré aux militaires français lors d’une adresse prononcée  ce matin dès son arrivée sur l’aéroport de Tessalit.

Auparavant, Jean-Yves Le Drian s’est rendu dans la vallée de l’Amettetaï, au cœur du massif des Ifoghas où viennent d’être livrés des combats visant à libérer cette vallée des groupes terroristes les plus aguerris, les plus installés et les plus organisés. Les opérations conduites par nos forces dans l’Amettetaï ont permis de neutraliser une grande partie de leurs moyens d’action et de mettre un terme à l’impunité dont jouissaient ces groupes.

Le ministre de la Défense a rendu hommage à nos quatre militaires morts au combat : le commandant Damien Boiteux, l’adjudant Harold Vormezeele, le caporal Cédric Charenton et le brigadier-chef Wilfried Pingaud.

Il a ensuite rencontré à Gao les forces françaises engagées dans les missions de sécurisation contre les groupes terroristes menaçant l’intégrité du Mali et sa sécurité. Jean-Yves Le Drian s’est fait présenter le Groupement tactique interarmes 2 et le groupe aéromobile basés à Gao.

Le ministre de la Défense a ensuite déjeuné avec les troupes françaises auxquelles il a adressé un message de fierté et de soutien. Nos forces sont entrées dans la phase ultime de l’opération Serval, qui est aussi la plus intense, la plus exigeante et la plus éprouvante depuis le 11 janvier dernier. « Je rends hommage à votre réactivité et à votre endurance exceptionnelles, qui ont permis d’imposer un rythme d’opérations auquel l’ennemi ne s’attendait pas. En quelques semaines vous avez su inverser le rapport de force », a-t-il déclaré.