Organisation autonome en apparence, la Croix-Rouge allemande est en vérité inféodée à la Wehrmacht dès 1937 : en cas de guerre, les infirmières peuvent être mobilisées au même titre que les soldats. Après la campagne de Pologne en 1939, où la logistique médicale s’est avérée catastrophique – 300 soignantes pour 30 000 blessés ! –, la Croix-Rouge recrute et forme des milliers de jeunes filles fières de pouvoir servir le Führer et leur pays. Mais une fois au front, notamment à l’Est, les infirmières déchantent vite. Confrontées aux exécutions arbitraires de civils, à la liquidation des ghettos et à la déportation des juifs, mais aussi au manque de moyens et de matériel, 200 000 femmes furent mobilisées durant la Seconde Guerre mondiale, luttant vaillamment, travaillant parfois soixante-douze heures d’affilée. Témoignages poignants de sept d’entre elles.