Le gouvernement britannique fait pression sur le Guardian, qui a publié des documents transmis par l’ex-consultant du renseignement américain Edward Snowden, afin qu’il détruise l’ensemble des dossiers mis à la disposition du journal, ont annoncé mardi les médias internationaux, citant l’éditeur du Guardian, Alan Rusbridger.

Selon M. Rusbridger, il a reçu un coup de téléphone de la part d’un « haut responsable gouvernemental affirmant qu’il représentait la position du premier ministre ». L’éditeur a ensuite rencontré à deux reprises son interlocuteur téléphonique qui lui a demandé de remettre aux autorités ou de détruire tous les documents confiés par le lanceur d’alerte.

D’après M. Rusbridger cité par les médias européens, le « gouvernement a menacé d’engager une procédure judiciaire » s’il refusait de rendre ou de détruire lui-même les dossiers secrets.

Lundi dernier, un contact de Snowden, le journaliste du Guardian Glenn Greenwald, a annoncé son intention d’adopter une position « plus agressive » sur la publication de nouveaux documents en réponse à l’interpellation de son partenaire David Miranda à l’aéroport de Londres.

M. Greenwald a fait savoir qu’il détenait un grand nombre de documents dévoilant les programmes de surveillance des services secrets britanniques et qu’il envisageait de les publier.

Source du texte : RIA NOVOSTI