Des policiers ont été agressés dans la nuit de jeudi à vendredi à Aulnay-sous-bois, en Seine-Saint-Denis, par 20 à 30 personnes cagoulées et armées de barres de fer, apprend-on auprès de la mairie de la ville et de la police.

L’un d’eux, une femme, a reçu un jet de bouteille sur la tête, qui lui a valu trois points de suture et une semaine d’incapacité temporaire de travail (ITT), précise-t-on.

« Les policiers ont été attirés dans un guet-apens. Ils étaient attendus sur les lieux par 20 à 30 personnes cagoulées et armées de barre de fer« , a dit à Reuters Eric Venturino, directeur de cabinet du maire UMP de la ville, Gérard Gaudron.

Deux voitures de la police avaient été prises pour cible dans le même quartier mardi dernier.

Trois véhicules, deux de la police municipale et un de la police nationale, alertés par une alarme déclenchée auprès d’un centre de protection maternelle et infantile (PMI), ont été bloqués vers une heure du matin dans la Cité des 3.000 par un barrage constitué par des barrières de chantier et une Mercedes placée en travers de la route.

Les deux derniers véhicules ont pu faire marche arrière, mais la première voiture de la police municipale a subi des jets de pierres et de cocktails Molotov, qui n’ont pas explosé, tandis que des fumigènes ont été lancés par les agresseurs. Le véhicule a pu se dégager ensuite.

Les assaillants avaient érigé leur barrage dans un tournant de l’allée des Bougainvilliers.

« Il y a eu des échauffourées entre la police et la bande de voyous« , a souligné le responsable municipal qui ignore si les malfaiteurs habitent la ville d’Aulnay.

« On ne peut pas savoir, car il existe un phénomène de bandes organisées qui se déplacent de ville en ville pour se faire un policier ou un pompier« , a-t-il dit.

« On est d’une vigilance extrême« , a-t-il souligné près d’un an après les violences qui ont éclaté dans les banlieues.

Le maire de la ville doit recevoir dans l’après-midi les syndicats de la police municipale et nationale.

Source : REUTERS

—————————-

Une trentaine de jeunes de 13 à 16 ans ont commencé à incendier huit poubelles puis quatre voitures dans la nuit de mardi à mercredi dans le quartier sensible de La Source à Orléans. Ils ont ensuite caillassé un fourgon de police et une dizaine de voitures garés sur le parking attenant au commissariat du quartier. La moitié des véhicules appartiennent à des fonctionnaires de police.

Les jeunes s’en sont ensuite pris à une rame de tramway, blessant légèrement à la tête un agent de sécurité. Une quarantaine de policiers en tenue anti-émeute sont intervenus pour disperser les jeunes. Un seul jeune homme a été interpellé à l’issue des incidents, « rapides et violents », selon une source policière citée par l’AFP.

Source : LCI.FR