Le Maghreb et le Sahel n’en finissent pas de subir les conséquences du « printemps arabe ». Le tremblement de terre géopolitique qui secoue l’espace maghrébo-sahélien a pour épicentre la Libye dont les secousses sont ressenties jusqu’au rivage sud du Sahel. Les fragilités sociopolitiques, territoriales et sécuritaires font tache d’huile chez les voisins de la Libye, faisant planer un risque sécuritaire transnational du fait de la prolifération d’armes et de l’infiltration d’anciens combattants libyens. La résilience des États et des sociétés qui structurent le rivage sahélien pose question. Pour comprendre l’instabilité qui menace actuellement le Mali et le Niger, il faut commencer par analyser les conséquences sécuritaires du conflit libyen.

————-

Photo (tirée d’une vidéo) : Des combattants islamistes de la Brigade Misrata tirent sur l’aéroport de Tripoli le 26 juillet contre une milice rivale.