L’armée américaine cherche à limiter sa dépendance au GPS et travaille à une prochaine génération de positionnement, notamment sur une minuscule puce autonome, a affirmé la directrice de l’agence de recherche du Pentagone (Darpa). La Darpa, l’Agence pour les projets de recherche avancée de défense, est à l’origine de l’internet mais aussi du GPS, a rappelé la directrice Arati Prabhakar lors d’une conférence de presse. 

« Dans les années 1980, avoir le GPS signifiait emporter une énorme boîte dans son véhicule. Désormais, il est intégré non seulement dans l’ensemble de nos matériels, mais également dans beaucoup de nos armes, ainsi que dans de nombreuses applications civiles », a-t-elle expliqué. Mais, « parfois une technologie est si utile que notre dépendance devient une vulnérabilité, et, aujourd’hui, je pense que nous en sommes là avec le GPS », a-t-elle ajouté.

Parmi les craintes : le signal GPS peut être brouillé par un adversaire, comme cela s’est produit récemment en Corée du Sud. Ainsi, les chercheurs de la Darpa et de l’Université du Michigan ont créé un nouveau système qui fonctionne sans satellite afin de déterminer la position, l’heure et la direction. L’ensemble tient dans une puce de huit millimètres cubes. La minuscule puce contient trois gyroscopes, trois accéléromètres et une horloge atomique, qui, ensemble, fonctionnent comme un système de navigation autonome.

La Darpa envisage d’utiliser cette technologie pour remplacer le GPS dans certains contextes, en particulier dans des munitions de petits calibres ou pour la surveillance de personnes.

Source : 7SUR7.BE