Des chasseurs Rafale de l’armée de l’air française ont bombardé trois fois vendredi des positions du groupe Etat islamique (EI) près de Kirkouk, dans le nord de l’Irak, a annoncé le ministère de la Défense sur son site internet.

« Dans la matinée, alors qu’elle était en mission de reconnaissance armée, une patrouille de deux Rafale a été orientée (…) sur une mission d’opportunité dans la région de Kirkouk, entre Bagdad et Mossoul. Il s’agissait de détruire des positions de combat depuis lesquelles des terroristes du groupe autoproclamé Daech (acronyme arabe pour Etat islamique, ndlr) ouvraient le feu sur les forces de sécurité irakiennes », précise le ministère dans un communiqué. 

Les chasseurs-bombardiers français ont « délivré plusieurs bombes guidées laser (GBU12) sur des positions offensives de Daesh ». « L’action des avions français a ainsi permis la destruction d’un bunker abritant des combattants terroristes, du matériel servant à la fortification de leur poste, ainsi qu’un second poste de combat », ajoute le ministère. « Ces missions de reconnaissance armée quotidiennes appuient directement l’action des forces armées irakiennes engagées au combat. »

Afin de réduire les délais de vol et les missions dans le ciel irakien, la France étudie la possibilité de déployer des avions en Jordanie, selon le colonel Gilles Jaron, porte-paroles de l’état-major des armées (EMA). Pour le moment, les Rafale (9 en tout) décollent de la base aérienne 104 Al Dhafra d’Abu Dhabi aux Emirats Arabes Unis auxquels s’ajoutent un ATL 2, un ravitailleur C-135 FR et un E3F Awacs.

Des Mirage 200oD (entre 3 et 6) pourraient y être envoyés d’ici la fin du mois de novembre.