Mideast Iraq

Après avoir envahi l’Irak en 2003 sous de faux prétextes et d’avoir complètement déstabilisé le pays,les Etats-Unis n’envisagent pas de renvoyer des troupes en Irak pour aider le gouvernement irakien à lutter contre al-Qaida, a déclaré le secrétaire d’Etat américain, John Kerry. Aidée par des tribus locales, l’armée irakienne a lancé une offensive dans la province d’Anbar pour tenter d’en déloger des rebelles sunnites affiliés à Al Qaïda cherchant à prendre le contrôle de l’ouest de l’Irak et d’une partie de la Syrie pour y fonder un Etat islamique fondamentaliste.

« C’est un combat qui appartient aux Irakiens (…) Nous n’envisageons pas de revenir », a dit John Kerry à la presse lors d’une visite en Israël. « Nous allons les aider dans leur combat mais ce combat, au bout du compte, ils auront à le gagner et je suis certain qu’ils en sont capables », a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis ont retiré leurs troupes combattantes d’Irak en décembre 2011 après être intervenus en mars 2003 pour renverser Saddam Hussein. Cette intervention militaire a permis l’accession au pouvoir de la majorité chiite d’Irak via des élections. Elle a aussi été suivie de violences confessionnelles entre chiites et sunnites qui ont fait des dizaines de milliers de morts.

En 2006 déjà, des tribus sunnites de la province d’Anbar avaient décidé de coopérer avec les forces américaines pour combattre Al Qaïda, dont les hommes s’étaient emparés de pans entiers de territoires en profitant du chaos provoqué par l’invasion américaine.