Les atermoiements français pour livrer les Mistrals à la Russie n’ont que trop duré et jouent contre nos intérêts commerciaux immédiats mais surtout stratégiques à long terme .

Il n’y a que de politique étrangère que si elle s’inscrit dans le long terme et dans la réalité .

Le long terme c’est la Russie. La Russie est un partenaire incontournable dans la système géostratégique européen, c’est avec la Russie que nous devons établir des relations dans tous les domaines, commerciaux, économiques, culturels et de sécurité pour lutter contre les actions terroristes.

La crise ukrainienne est une crise de fin de comète, elle s’inscrit dans les séquelles de la dislocation de l’URSS ; elle est l’arbre qui cache la forêt .

L’intégrité territoriale de l’Ukraine passe aussi par le respect des minorités, ce qui signifie que le principe d’autodétermination défendu par les Etats occidentaux en Serbie pour le Kosovo ne peut être ignoré dans l’est de l’Ukraine.

La France doit prendre l’initiative d’une conférence internationale pour trouver un compromis .

Les sanctions contre la Russie sont illusoires et poussent Moscou à établir des liens durables avec la Chine et d’autres Etats asiatiques qui ne sont pas soumis à l’influence de Washington et des ultras européens anti-Poutine .

Kiev doit se rendre aux réalités, il y a des citoyens ukrainiens qui se sentent plus russes qu’ukrainiens, ils ont certainement reçu des aides du grand frère, mais la réalité géographique et sociologique l’emportera et elle ne sera pas en faveur de Kiev. Ce ne sont pas les Etats occidentaux qui feront la guerre pour défendre une cause perdue.

Dans ces conditions il faut se rendre aux évidences, livrer les Mistral et rebâtir des relations de coopération avec Moscou qui passeront aussi par une coopération économique avec Kiev !

Jacques MYARD

Député-maire de Maisons-Laffitte

Président du Cercle Nation et République