28 novembre 1809 : bataille d’Alba de Tormes (Salamanque).

Victoire de Kellermann sur les Espagnols.


28 novembre 1812 : les Russes tentent de détruire la Grande Armée à la Bérézina.

L’Empereur a franchi la Bérézina avec une partie de la Grande Armée, le 26. Le maréchal Ney défend la rive droite (rive arrivée) pendant que Victor contient les Russes sur la rive gauche (rive départ) où beaucoup de retardataires n’ont toujours pas franchi.


28 novembre 1870 : bataille de Beaune la Rolande (Loiret).

Défaite française.


28 novembre 1942 : arrivée en URSS du futur « Normandie-Niemen » (Bakou).

Trois Lisunov 2 soviétiques se posent à Bakou en provenance de Téhéran avec à leur bord les premiers volontaires français du groupe d’aviation de chasse. Originaires du 340ème Squadron « Ile de France » (Angleterre) et du groupe « Alsace » (Moyen-Orient), les 62 premiers volontaires débutent une extraordinaire épopée.


28 novembre 1944 : bataille de la Hardt (Alsace).

Le 1er régiment de tirailleurs marocains s’illustre particulièrement dans les combats très durs qui se déroulent dans la forêt frontalière avec l’Allemagne. La 1ère armée du général de Lattre vient de libérer Belfort et Mulhouse. Mais pour franchir le Rhin, il lui faut traverser la forêt de la Hardt que tient la 19ème armée allemande ainsi que toute la région de Colmar. Afin de protéger le pont de Chalampé, un des seuls points de passage vers l’Allemagne, le général allemand Wiese engage toutes ses forces et contre-attaque, bloquant les français qui perdent 162 tués. Ce sont les prémices sanglants de la fameuse poche de Colmar où les Allemands résisteront jusqu’à la mi-février 1945. L’hiver est cette année-là particulièrement rigoureux : Impossible de creuser le sol gelé pour réaliser des protections individuelles ce qui laisse à découvert le RTM lors de la contre-attaque allemande.


28 novembre 1947 : crash de l’avion du général Leclerc (Colomb-Béchar – Algérie).

leclercFigure de la France libre, le général d’armée Leclerc meurt à 45 ans après une carrière exemplaire et fulgurante. Saint-Cyrien, cavalier, blessé au combat, il s’évade à deux reprises durant la campagne de France en 1940. Ayant rejoint de Gaulle, celui-ci lui donne mission de rallier l’AEF. Il est l’homme du serment de Koufra et le libérateur de Paris, le chef de la colonne Leclerc devenue 2ème DB.