fraternisationUne pierre gravée au nom d’un soldat allemand disparu en 1916 à Verdun a été inaugurée dimanche à l’ossuaire de Douaumont (Meuse), une première pour ce haut lieu de mémoire de la Grande Guerre et de la réconciliation franco-allemande.

Les restes de 130.000 soldats inconnus, Français comme Allemands, reposent à l’ossuaire de Douaumont. Cependant jusqu’à présent il n’y avait que des noms de soldats français sur les pierres gravées ornant les murs du cloître de l’ossuaire, long de 137 mètres.

« Il y avait déjà eu quelques demandes par le passé, mais aucune suite n’avait été donnée. Nous avons depuis changé de président (du mémorial) et le conseil d’administration a entériné cette décision », a expliqué le directeur de l’ossuaire, Olivier Gérard.

Le nom du soldat allemand Peter Frundl a été retenu au hasard, avec celui d’un soldat français également disparu sur le champ de bataille de Verdun en 1916, Victor Manassy.

Leurs deux pierres gravées, situées côte à côte, ont été inaugurées en présence de quelques-uns de leurs descendants, après une messe célébrée dans la chapelle de l’ossuaire.