SassanidesUne exposition du Musée Cernuschi, Musée des Arts de l’Asie de la Ville de Paris, avec la participation exceptionnelle du Département des Antiquités Orientales du Musée du Louvre (du 15 au 30 septembre 2006).

La dynastie des Sassanides régna sur la Perse pendant quatre siècles (224 – 642), du deuxième siècle après Jésus Christ jusqu’à la conquête musulmane. En 224 ap.J-C, Ardashir, un prince de la région du Fars au sud-ouest de l’Iran, détrône Artaban, le maître de l’empire parthe. Il prend le pouvoir et fonde une nouvelle dynastie, la dynastie des Sassanides d’après le patronyme de son ancêtre, Sassan. Les Sassanides vont gouverner pendant plus de quatre siècles le dernier des grands empires de l’Orient antique, aussi vaste que celui des Perses achéménides dont ils se veulent les héritiers. Rival à l’ouest de Rome puis de Byzance, au contact à l’est avec le monde mouvant des royaumes d’Asie Centrale, en relations suivies avec la Chine, l’empire sassanide est l’une des grandes puissances de son temps.

Au centre des créations de l’art sassanide, l’image glorieuse du souverain affirme l’unité du pays et l’autorité de la couronne. Le roi domine les scènes d’investiture, de chasse, de banquet qui sont taillées au flanc des montagnes en gigantesques reliefs, gravées en miniature sur les sceaux de pierre fine ou figurées sur le fond des coupes en métal précieux.

La cour du Roi des rois est un lieu de faste et de luxe légendaire. Les fêtes somptueuses qui s’y déroulent, sont l’occasion de déployer une extraordinaire magnificence que les grandes familles nobles ou les princes alliés cherchent à imiter. Cette splendeur ostentatoire favorise un exceptionnel épanouissement des arts dits mineurs.

Plats d’argent rehaussés d’or portant l’image royale. Coupes ou carafes dont le décor illustre un bestiaire fabuleux lié à la religion mazdéenne ou montre des danseuses, musiciennes et saltimbanques qui évoquent les fêtes et banquets au cours desquels cette vaisselle de luxe était utilisée. Verrerie, étoffes précieuses, armes d’apparat, camées et intailles, monnaies d’or et d’argent.

La diversité des œuvres présentées et empruntées aux plus prestigieuses collections internationales des Etats-Unis, d’Europe et d’Iran, témoignent de la diversité de cet art de cour et de son iconographie où les influences hellénistiques se mêlent aux traditions plus authentiquement iraniennes.