M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense, fait une visite de la base aérienne 104 d'Al Dhafra. Le chef d'état major des armées émiriennes est accueilli par le ministre de la défense. © JL. Brunet / Armée de l'Air

M. Jean-Yves Le Drian et le chef d’état major des armées émiriennes. © JL. Brunet / Armée de l’Air

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, en visite aux Émirats arabes unis, a annoncé que les premiers vols de reconnaissance militaire en Irak auraient lieu ce lundi alors que Washington et ses alliés se mobilisent contre l’État islamique (EI).

« Dès ce matin, les premiers vols de reconnaissance auront lieu avec l’accord et des autorités irakiennes et des autorités émiraties », a dit le ministre sur la base d’Al-Dhafra où étaient rassemblés quelque 200 militaires dont des pilotes d’avion de combat Rafale. Ce déplacement, a déclaré Jean-Yves Le Drian, « intervient dans un contexte d’une exceptionnelle gravité ».

Le Falcon transportant Jean-Yves Le Drian a atterri à l’aube sur cette base où sont stationnés des militaires français, ainsi que six avions de combat Rafale, un avion ravitailleur Boeing C-135 et un avion de reconnaissance Atlantic de la marine française. Quelque 750 militaires français sont déployés aux Émirats arabes unis. Jean-Yves Le Drian doit rencontrer le prince héritier, Cheikh Mohammed ben Zayed al Nahyane, pour expliquer notamment le rôle que joue la France au sein de la coalition anti-djihadiste. Les entretiens doivent porter non seulement sur l’Irak mais aussi sur la Libye. Jean-Yves Le Drian doit ensuite se rendre en Égypte.

« Nos trois bases, navale, terrestre et aérienne, avec les moyens interarmées dont nous disposons ici, offrent aujourd’hui à la France une capacité militaire unique pour répondre aux enjeux sécuritaires de cette région », a encore précisé Jean-Yves Le Drian devant les militaires français de la base aérienne 104 d’Al Dhafra, qui en même temps salua la coopération stratégique avec les Emirats Arabes Unis : « Que ce soit au Kosovo, en Jordanie, en Libye, en soutien à nos opérations en Afghanistan, au Mali, et plus récemment dans le cadre de notre appui aux populations irakiennes, les Émirats arabes unis se sont toujours montrés un solide et fidèle allié, conscient de sa contribution à la stabilité de la région et à la résolution des crises ». 

Etant donné les enjeux commerciaux en matière de Défense, le ministre en a profité pour souligner « le savoir-faire technologique et opérationnel des forces armées françaises » (…) qui mettent en œuvre « des matériels de dernière génération ».

Le Drian aux EAU

Pour cette mission d’ISR (Intelligence Surveillance and Reconnaissance), les Rafales étaient chacun équipés d’un pod RECO NG. Situé sous l’appareil, cet instrument fabriqué par Thales permet le recueil d’images numériques à haute et basse altitudes, la prise de vue à grande vitesse de jour comme de nuit et la surveillance vidéo.

Réalisée sous le contrôle tactique du contre-amiral Beaussant, amiral commandant la zone océan Indien (ALINDIEN), cette mission a été effectuée en étroite coordination avec les autorités irakiennes et nos alliés présents dans la région.

Les 13 septembre, un renfort en capacités de renseignement avait été acheminé aux EAU par avion A400M sur décision du général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées. Une quarantaine de militaires et du matériel de renseignement ont ainsi été projetés depuis la base aérienne 123 d’Orléans-Bricy. Le lendemain, dimanche 14 septembre, un avion ravitailleur C135 ralliait la base française d’Al Dhafra depuis la base aérienne 125 d’Istres.

En visite aux Emirats arabes unis après son déplacement en Irak aux côtés du Président de la République et du ministre des Affaires étrangères, M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, s’est adressé aux militaires français de la base d’Al Dhafra peu de temps avant le départ des Rafale. Il a rappelé la détermination de la France au moment où s’ouvre à Paris une conférence internationale sur l’Irak.

Le vol d’ISR réalisé aujourd’hui est le premier vol français de ce type effectué au-dessus de l’Irak. Des missions similaires pourraient être effectuées dans les jours à venir. Il s’agit pour les armées françaises d’acquérir du renseignement sur le groupe terroriste Daesh et renforcer notre capacité d’appréciation autonome de la situation.

Les forces françaises aux Emirats arabes unis (FFEAU) participent au dispositif des forces de présence des armées françaises. Elles sont constituées d’un état-major de niveau opératif, de la base navale d’Abu Dhabi, de la base aérienne 104 d’Al Dhafra et de la 13e DBLE. Les FFEAU assurent une présence permanente aux EAU dans le cadre des accords de défense et animent les relations bilatérales de défense de la France avec ses partenaires régionaux. Elles ont également pour mission de soutenir les moyens militaires déployés dans le golfe arabo-persique et le nord de l’océan Indien, et de permettre l’entrainement et l’aguerrissement des forces en milieu urbain et désertique.

Dans le cadre d'une action internationale contre "l'état islamique", la France s'engage dans une coalition avec ses moyens prépositionnés dans le golfe persique. Les premières missions réalisées sont des missions de renseignement. Le commandant de l'escadron de chasse 3/30 Lorraine, accompagné d'un mécanicien de piste fait le "tour avion" d'un Rafale équipé d'un pod de reconnaissance "reco NG".

Dans le cadre d’une action internationale contre « l’état islamique », la France s’engage dans une coalition avec ses moyens prépositionnés dans le golfe persique. Les premières missions réalisées sont des missions de renseignement. Le commandant de l’escadron de chasse 3/30 Lorraine, accompagné d’un mécanicien de piste fait le « tour avion » d’un Rafale équipé d’un pod de reconnaissance « reco NG ».

Photo haut de l’article : Deux Rafale équipés de pods de reconnaissance « reco NG » en vol au-dessus de l’Irak (crédit : Armée de l’Air)

————–

Système de reconnaissance embarqué sur Rafale permettant :

Pod RECO NG

  • Recueil d’images numériques à haute et basse altitude
  • Prise de vue à grande vitesse de jour comme de nuit
  • Surveillance vidéo
  • Plus-value opérationnelle

 

Pointage multiobjectif

  • Visibilité accrue grâce à la complémentarité des capteurs
  • Capacité de stockage très importante
  • Automatisation des prises de vue
  • Transmission de données en temps réel ou différée

Pod Reco NG