Documentaire qui raconte la vie de Charly Forbes, lieutenant colonel et héros québécois le plus médaillé, qui a participé à la Deuxième Guerre mondiale et à la guerre de Corée.

Charly Forbes

D’ascendance écossaise, J.-C. Forbes a vu le jour en mars 1921 à Matane (Gaspésie). Il fit ses études chez les frères du Sacré-Cœur à Victoriaville. Il se découvrit une vocation de soldat grâce au prêtre du village. Il entama en septembre 1940 sa formation militaire au Collège militaire de Kingston avec l’intention de devenir aviateur. Ayant finalement opté pour l’artillerie, il se rendit au camp Borden au printemps 1941, puis à Brockville et à Petawawa. Il découvrit le battle drill à l’école de Vernon (Colombie-Britannique). Passionné par ce qu’il voyait, il demanda son transfert à l’infanterie. Il enseigna le battle drill à Brockville et à Valcartier, puis s’engagea pour le service actif en novembre 1941. Après divers stages comme instructeur et après avoir complété sa formation d’officier, il s’embarquea pour l’Angleterre en décembre 1942.
En janvier 1943, il rejoignit le Régiment de Maisonneuve à Brighton, en Angleterre. L’unité débarquea en Normandie, le 6 juillet 1944. Forbes participa à plusieurs opérations à la tête de son peloton jusqu’à son rapatriement vers l’Angleterre en décembre 1944 à la suite d’une blessure subie à Groesbeek, en Hollande près de la frontière allemande. À la suite d’un acte de bravoure exceptionnel lors de la capture du barrage reliant le Beveland du Sud à l’île de Walcheren en Hollande, il fut sacré Chevalier Militaire de l’Ordre de Guillaume par la reine Wilhelmine de la Hollande. C’est la plus haute décoration de bravoure accordée par les Pays-Bas. Après avoir été hospitalisé à Gand, puis en Angleterre avant de subir une chirurgie plastique en janvier 1945, le lieutenant Forbes retrouva sa famille à Lévis, le 14 août.
Marié en septembre et démobilisé en novembre, il se consacra au commerce de bois de son père. À la suite de la faillite du moulin personnel, il s’enrôla à nouveau, cette fois pour participer à la guerre de Corée (1950-1953) avec le 2e bataillon du Royal 22e Régiment dont on voulait faire un bataillon de parachutistes en plus d’être une unité de combat. En février 1950, il quitta le Canada pour la Corée où il fut commandant de peloton de mortiers. Il se mérita une Citation à l’Ordre du jour “MID”. Il quitta définitivement l’armée en 1965.
En 1985, il fut nommé lieutenant-colonel honoraire du Maisonneuve et en 2005, colonel honoraire de la Garnison de Québec du Fort St Andrew’s des 78th Fraser Highlanders. En 2007, il a été fait membre Chevalier de l’Ordre de la Légion d’honneur, la plus haute décoration de la République française. Il a vécu à Saint-Férréol-les Neiges.
J-Charles Forbes est l’auteur de mémoires de guerre intitulés Fantassin. Pour mon pays, la gloire et … des prunes, Sillery, Septentrion, 1994.
Sébastien VINCENT