Des milliers de manifestants ont participé samedi à Berlin à une manifestation pour dénoncer les atteintes à la vie privée, notamment par la surveillance des télécommunications par les services secrets comme l’agence américaine NSA. 

Le collectif d’organisations qui avait appelé à manifester sous le slogan «la liberté plutôt que la peur» – parmi lesquels figurent les Verts, le parti de gauche radicale Die Linke et le parti Pirate -, a revendiqué 20 000 manifestants.

La police de Berlin a toutefois refusé de commenter ce chiffre ou de donner une estimation, se bornant à dire que ses «méthodes de comptabilisation sont différentes de celles des organisateurs». 

Bien que dirigée contre toutes les atteintes à la vie privée, la manifestation a principalement pris en grippe l’agence américaine de surveillance électronique NSA, mais aussi le gouvernement allemand, jugé trop laxiste et timoré dans sa réaction face à l’espionnage de grande ampleur révélé par la presse grâce à l’ancien consultant américain Edward Snowden.

Dans le cortège, on pouvait voir des pancartes aux messages clairs comme «Arrêtez de nous espionner!» ou à l’ironie mordante comme : «Merci Prism (le programme d’espionnage mené par l’agence américaine NSA), grâce à toi le gouvernement sait enfin ce que veut la population». 

«Les services secrets comme la NSA espionnent sans vergogne les conversations téléphoniques et le trafic sur internet à l’échelle mondiale (et) notre gouvernement, dont l’un des rôles fondamentaux est de nous protéger de tout dommage, se contente d’explications lénifiantes», a dénoncé l’un des orateurs, Kai-Uwe Steffens, qui milite contre les enregistrements préventifs de données électroniques par les autorités.

Jeudi, la presse internationale avait évoqué une nouvelle série de documents livrés par Snowden démontrant que la NSA et son homologue britannique du GCHQ peuvent décrypter à peu près tout ce qui est codé sur internet, qu’il s’agisse de courriels ou de transactions bancaires.