208e6161662adb4e680f11fb471dcb80.jpgLe Front populaire Sébastopol-Crimée-Russie, qui regroupe environ trente mouvements politiques et associations de Crimée, appelle les députés du Conseil suprême de la presqu’île à rétablir l’indépendance de la république autonome, a déclaré mardi le coordinateur du Front populaire Valeri Podiatchi. 

« Nous appelons les députés du Conseil suprême (de Crimée) à remettre en vigueur la Constitution de la République de Crimée du 6 mai 1992, selon laquelle la Crimée est un état souverain dont les droits constitutionnels s’appliquent intégralement sur son territoire », a annoncé M. Podiatchi au cours d’une conférence de presse à Simferopol. 

Selon la Constitution datant de 1992, la république constituait « un Etat de droit, démocratique et laïque » et « accomplissant sa juridiction sur son territoire, sauf pour ce qui a trait aux pouvoirs délégués de plein gré à l’Ukraine ». La Constitution était entrée en vigueur en 1994, mais avait été annulée en mars 1995 par le président ukrainien. 

« Kiev a révoqué la Constitution par la force et de manière unilatérale », a affirmé M. Podiatchi. 

Le contexte actuel unique permet selon lui de remédier à cette situation. « Le parlement de Crimée peut rétablir la Constitution et cette décision ne pourra pas être annulée car la Rada suprême de cinquième législature n’est pas encore entrée en fonction, les députés n’ont pas commencé à exercer leur mandat et l’on ignore quand cela aura lieu », a indiqué M. Podiatchi. 

Le pas suivant est selon lui l’application des résultats du référendum de 1991 relatif au rétablissement de la République socialiste soviétique autonome de Crimée. « Ensuite, il conviendra de s’adresser à la Douma d’Etat russe afin qu’elle joue le rôle de garant du statut de la Crimée », a expliqué M. Podiatchi. 

Il a ensuite rappelé que le Front populaire était fermement opposé à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. 

« L’OTAN ne mettra pas les pieds ici, sinon des détachements de partisans (résistants) se formeront en Crimée », a averti M. Podiatchi.

Source du texte : RIA NOVOSTI