La conjoncture dans laquelle la Revue annuelle s’inscrit reste marquée par la poursuite de la  réforme du ministère de la défense et de la gendarmerie nationale et une situation économique difficile.
     
Le Haut Comité suit dans la Revue annuelle plusieurs thématiques dont les tendances sont analysées au regard de leur impact sur l’équilibre sujétions/compensations attachées à la condition militaire. Au fil du document, le lecteur retrouvera en particulier des développements sur :
–    un engagement opérationnel  des forces armées plus soutenu qu’en 2012 ;
–    la diminution des volumes de recrutement, concomitante avec une baisse du nombre de candidatures, s’agissant des militaires du rang ;
–    l’amélioration du taux de mobilité ;
–    la continuation des dysfonctionnements du système de solde LOUVOIS ;
–    le maintien du gel de la valeur du point d’indice des agents publics civils et militaires ;
–    la baisse du taux de reclassement des anciens militaires de plus de 4 ans de service, etc.
Au travers des visites qu’ils ont accomplies, les membres du Haut Comité ont pu constater combien les efforts demandés aux militaires dans leur vie quotidienne et dans un contexte difficile pèsent sur leur moral. Plus que jamais, il semble au Haut Comité qu’une attention extrême doit être portée à leur condition. Il en va certes de leur intérêt individuel et collectif mais aussi et surtout de leur efficacité opérationnelle.

OPEX :

Avec l’engagement des armées françaises au Mali et en République centrafricaine, les effectifs déployés « en instantané » sur les théâtres d’opération ont augmenté, passant de 6 448 (2012) à 7 792 (2013). Au total, 35 210 militaires français ont participé en 2013 à au moins une opération extérieure, contre 31 233 en 2012 et 29 663 en 2011.

Dix militaires des armées et services sont décédés en opération en 2013, portant à 159 le nombre de ceux qui, de 2004 à 2013, ont consenti au sacrifice de leur vie.

Sur la même période, 548 militaires ont été blessés suite à des faits de guerre, dont 24 en 2013. En 2013, le nombre de nouveaux cas de militaires présentant un état de stress post-traumatique s’élève à 378, contre 282 en 2012.

Source : MinDef