La question de la reconnaissance de la Palestine provoque de multiples passions antagonistes dont tout esprit responsable et lucide doit se départir avec force raison.

On peut, certes, regretter que la résolution n’’ait pas été préparée sur une base élargie, englobant tous les groupes de l’’Assemblée nationale.

On peut aussi déplorer que le Parlement s’’invite dans le domaine réservé du président de la République qui, chef des armées, a la charge de la conduite de la politique étrangère de la France.

Mais au-delà de toute question de procédures, il faut prendre en compte et juger le fond du problème, lui seul importe !

Depuis toujours, les Gouvernements français successifs se sont prononcés pour deux Etats au Proche-Orient : Israël dont la sécurité doit être garantie et la Palestine dont le peuple a droit aussi à un Etat.

La France ne reconnaît pas les Gouvernements mais les Etats, à charge pour tout Etat de choisir librement son gouvernement.

C’est le président Nicolas Sarkozy qui a soutenu l’’entrée de « l’’Etat de la Palestine » comme observateur aux Nations Unies.

Le chef de la délégation palestinienne à Paris a rang d’’ambassadeur.

Je me suis toujours prononcé pour la reconnaissance de la Palestine, et je regrette qu’’aucun président de la République n’’ait prononcé un grand discours, à la façon de de Gaulle à Phnom Penh, reconnaissant l’’Etat de Palestine pour faire bouger le processus de paix au Proche-Orient.

136 Etats ont déjà reconnu la Palestine comme Etat , la France sera-t-elle la dernière alors qu’elle s’est toujours prononcée pour deux Etats ? Où serait la logique ?

La paix au Proche-Orient doit marcher sur deux jambes et progresser grâce à deux Etats ! Reconnaître l’Etat de la Palestine c’est aussi mettre les Palestiniens devant leurs responsabilités pour assurer la sécurité pour tous, même si le chemin sera encore très long !

Seuls les esprits frappés de procrastination veulent repousser le problème et s’’enfoncent un peu plus la tête dans le sable de l’’impasse ! Alors du courage et de la lucidité !

Monsieur le Président de la République, il faut reconnaître la Palestine.

Député-Maire Jacques Myard