27 novembre 511 : mort de Clovis (Paris).

Premier roi de ce qui devint la France. Mort vers 45 ans après avoir régné 29 ans.


27 novembre 1095 : le pape prêche la 1ère Croisade (actuelle Clermont-Ferrand).

Urbain II, troisième pape français, appelle la noblesse de la chrétienté à défendre Byzance et libérer les lieux saints. Deux siècles de campagnes guerrières commencent. 


27 novembre 1382 : bataille du Mont d’or (Roosebeke – actuelle Belgique).

L’ost royal de Charles VI défait complètement la milice de Philippe van Artevelde et venge ainsi la cuisante défaite des éperons d’or, qui, 80 ans plus tôt, avait vu la chevalerie française se faire battre par les piétons flamands.


27 novembre 1812 : la bataille de la Berezina se poursuit (Biélorussie). 

« Demeurée dans le langage courant comme synonyme d’une défaite, la bataille de la Bérézina est en fait une victoire tactique au cours de laquelle la manœuvre Russe ne parvient pas à piéger la Grande Armée en retraite. Après de durs combats au cours desquels le général russe WIittgenstein et l’amiral Tchittchagov sont repoussés par Victor, Oudinot et Ney et grâce à l’héroïsme des pontonniers d’Eblé, le 126e régiment d’infanterie de Ligne se sacrifie pour permettre à la Grande Armée de franchir le fleuve. Cette victoire tactique ne sauve néanmoins pas la campagne de 1812, dont l’échec stratégique est d’autant plus patent que la retraite consommera la fin de la Grande armée entrée en Russie en juin de la même année. L’image terrible de la retraite est celle qui reste dans les mémoires tandis qu’elle consacre pour les russes une victoire et un sursaut national ». LCL Th. Mollard (DICOD).

« Le 126e RI est le seul régiment en activité portant La Berezina 1812′ dans les plis de son drapeau. Cette inscription a été portée sur 9 emblèmes seulement ( 123, 124, 125, 126, 127, 128 , 129 , 131e RI et 7e Cuirassiers). » Mme C. Glazas (SHD/DSD)


27 novembre 1838 : prise de Veracruz (Mexique).

Pour rétablir les droits des commerçants français installés au Mexique, bafoués depuis une décennie, Louis-Philippe ordonne une expédition (1837). Le contre-amiral Charles Baudin, vétéran de la marine du Premier Empire bombarde la forteresse de San Juan d’Uloa, considérée comme imprenable. Il utilise pour la première fois l’obus explosif (177 obus tirés) et obtient la reddition du fort. C’est le « seul exemple » dira Wellington « d’une place régulièrement fortifiée réduite par une force purement navale ».


27 novembre 1870 : bataille de Villers-Bretonneux (Somme). 

Le général Faidherbe après s’être emparé de la ville doit l’évacuer face à la poussée des 35 000 hommes du général Manteuffel appuyés par une artillerie surclassant celle des Français.


27 novembre 1942 : sabordage de la flotte française (Toulon).

Les Anglo-américains ayant débarqué en Afrique du Nord (8 novembre- opération Torch), Hitler envahit la « zone libre » (11 novembre- opération Anton) et donne ordre de se saisir de la flotte française à Toulon. Appliquant les ordres reçus de Vichy, l’amiral de Laborde ordonne aux unités à quai de se saborder. Le IIIème Reich est ainsi privé d’une flotte de 230 000 tonnes,… tout comme les alliés. Cinq sous-marins parviennent cependant à fuir mais 3 seulement rejoignent les combattants gaullistes.


27 novembre 1973 : choix de la propulsion nucléaire.

Sous la présidence du ministre de la Défense, Robert Galley, le Conseil supérieur de la Marine opte pour une propulsion nucléaire sur le futur porte-avions.