La politique du maintien de la paix 

Dans le cadre d’accords bi ou multilatéraux ou encore d’alliances, le Royaume du Maroc a souvent fait appel à son armée pour instaurer la sécurité et la stabilité ou maintenir la paix, comme l’envoi de ses contingents en Egypte en 1967, sur le plateau du Golan en 1973, lors de conflits au Moyen Orient en 1977, ou encore comme au Zaïre (Congo Démocratique) pour la protection du régime Mouboutou alors menacé en pleine guerre froide par des forces angolaises et cubaines.

En péninsule arabique, le Maroc a installé 2000 soldats et policiers depuis 1986 aux Emirats arabes unis pour instaurer la paix dans la région, et 1500 soldats en Arabie Saoudite lors de la première guerre du Koweït dans le cadre d’accords bilatéraux.

Le Maroc participe aujourd’hui à des opérations de maintien de la paix dans plusieurs zones de conflits dans le monde : Congo*, Côte d’Ivoire, Bosnie Herzégovine, Haïti, Syrie et RCA.

Système de commandement politique et militaire des casques bleus 

Le Maroc s’est inscrit depuis son indépendance dans divers accords internationaux en faveur de la paix. Cet engagement en faveur de la paix fait partie intégrante de la constitution marocaine.

Sur le Plan politique, le Maroc est considéré comme une monarchie constitutionnelle sociale et démocratique dont le Roi du Maroc est le « Chef Suprême des forces armées Royales et Chef d’ Etat Major ».

Au niveau militaire, les forces armées royales, créées en 1956, après la fin du protectorat français, représentent  la force de frappe qui a connu un développement accéléré grâce aux grandes reformes du Roi Mohamed VI, qui a fixé comme objectif la modernisation, le développement et le renouvellement de l’ensemble des forces armées royales. C’était un grand un chantier de changement de structures, de tactiques et de mentalités en amont et en aval, qu’ont connu les FAR. Le Roi Mohamed VI a porté également une intention particulière pour améliorer la situation sociale des soldats, les sous-officiers et officiers marocains.

Engagement internationale du Royaume du Maroc pour le maintien de la paix au Monde

Le Maroc a toujours répondu présent aux demandes internationales du maintien de la paix dans le monde. L’Afrique est le continent où le Maroc a été le plus actif ; citons par exemple la mission de l’ONU à la République du Congo (ONUC) entre 1960 et 1964, et la mission en Somalie (UNISOM 1) entre 1992 et 1993 lors de laquelle les bataillons marocains (environs 1000 soldats  et 60 policiers) ont pris la responsabilité de surveiller le cessez-le-feu, sécuriser l’acheminement des aides et garantir la protection des employés et des institutions de l’ONU.

D’autre part, le Maroc a participé à la constitution d’UNITAF en 1990 en y intégrant 1430 soldats. En Mars 1993, plusieurs soldats marocains et pakistanais ont périt lors de la deuxième mission de l’ONU en Somalie (UNISOM 2), donnant ainsi leurs vies à un pays arabo-musulman.

En République Démocratique du Congo encore et depuis 1999, 750 soldats, 4 officiers et 4 policiers  participent à la mission de l’ONU « MONUC ». La Maroc a également mis en place un hôpital moderne équipé constitué de 51 médecins militaires.

En ce qui concerne la cote d’ivoire, le Maroc a pris part de la mission de l’ONU « ONUC », décidée par le Conseil de sécurité en 2004 pour le maintien de la paix et de la stabilité. La participation des contingents marocains était très appréciée. A cet effet, ils ont été honorés deux fois par l’ONU et ont reçu le médaillon du maintien de la paix au cours de cette mission. D’après plusieurs rapports onusiens, les casques bleus marocains sont décrits comme dotés de courage, dévouement et abnégation pendant leur mission tout en coopérant avec les forces locales et étrangères.

Le Maroc a participé dans d’autres misions organisées par l’ONU comme  la mission « UNAVEMI » en Angola entre 1989 et 1999,  pendant laquelle le Maroc a envoyé 15 soldats et 11 policiers pour surveiller et coordonner les actions des différents intervenants sur le terrain des opérations.

En Asie, la mission « UNTAC » au Cambodge entre 1992 et 1993 a mobilisé 100 policiers civils marocains.

En Amérique du sud, en Haïti, le Maroc a participé avec l’Espagne dans l’opération de maintien de la paix.

Plus récemment, en Centre-Afrique, les forces marocaines, coordonnant la protection de la capitale Bangui avec les forces françaises, ont été bien accueillies tant par la communauté chrétienne que musulmane.

D’autres initiatives marocaines, démontrent le niveau de l’engagement et l’implication du Maroc dans la réussite des opérations et missions pour le maintien de la paix, comme sa participation à la stabilité de la situation en Bosnie, via la mission « SFOR » de l’OTAN. Tant dis qu’au KOSOVO, le Maroc a fait construire un hôpital civil pour alléger la souffrance de la population du pays.

A l’échelle arabe, les casques bleus marocains sont présents dans la  guerre civile syrienne, et suit de près les événements politiques et militaires.

Pour résumer, il faut rendre hommage aux  valeurs humaines et aux compétences professionnelles des casques bleus marocains qui ont prouvé à travers leur participation active et réussie dans toutes les missions qui leur ont été attribuées par l’ONU en Asie, Europe ou en Afrique.

Enfin, il faut noter que le Royaume du Maroc dispose d’un bataillon entraîné sur les techniques d’interventions rapides, et qui peut participer à n’importe quel moment dans toute opération humanitaire définie ou autre pour le maintien de la paix.

Abderrahmane MEKKAOUI

Expert dans les  questions stratégiques et militaires

—————–

* La médaille de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco) a été décernée en mars 2014 aux Casques bleus marocains déployés à Dungu (province orientale de la RDC) pour leur abnégation et leur dévotion.