De 2006 à 2013, les hélicoptères français ont eu pour zone d’action Kaboul, les régions de Surobi et de Kapisa, Bagram et l’école de formation de la police afghane dans le Wardak. En 7 années, les 1 300 hommes du bataillon d’hélicoptères ont effectué plus de 5 000 missions dont près de 4 500 consacrées au combat ou au transport tactique. Pas moins de 23 000 obus de 30 mm, 870 roquettes et 60 missiles ont été consommés dans les opérations conduites ou pour détruire des véhicules suicides et des caches d’armes.

Pour appuyer l’opération Pamir et son déploiement, le bataillon aura pu compter jusqu’à 14 machines entre juillet 2009 et octobre 2012. Ainsi, au plus fort de la période d’engagement de la France en Afghanistan, ce sont 5 Tigre, 5 Gazelle et 4 hélicoptères de manœuvre Cougar et Caracal qui ont été déployé. Le bataillon comptabilise ainsi plus de 16 500 heures de vol et près de 80 000 heures de maintenance.

Initialement baptisé détachement hélicoptère de la force Pamir, il est devenu bataillon d’hélicoptère en juillet 2009. En novembre 2009, il passe sous le commandement de la Task Force La Fayette (TFLF) stationnée à Nijrab, devenant le troisième bataillon de la TFLF. Redevenu détachement d’hélicoptères à la dissolution de la TFLF, en novembre 2012, le détachement a officiellement été dissous lors d’une cérémonie sur le tarmac de l’aéroport de KAIA, en présence du général Soriano, commandant de la force Pamir, le 25 février 2013.

Source : Armée de Terre

Cliquer sur l’image pour accéder au diaporama