Entrez dans le monde feutré mais sans faiblesse de la grande époque de l’espionnage Est-Ouest. Dans sa préface, l’amiral Lacoste, ce qui reste une vraie référence, met en relief la qualité des recherches effectuées par les deux auteurs et précise que l’on « trouve dans ce livre beaucoup d’informations inédites », dont il a pu vivre certains épisodes pendant qu’il servait dans la Marine nationale ou à la direction de la DGSE. C’est donc une véritable somme qui nous est ici proposée en version française, corrigée et augmentée (la première édition en 2009 ayant été publiée sous le titre Hide and Seek : the untold story of cold war naval espionage).

Guerre-froide-et-espionnage-navalToute la période 1941-1992 est littéralement passée au crible, à travers dix-sept chapitres chrono-thématiques généralement articulés autour d’un « incident » particulier (chap. 5 : « Requiem pour un cuirassé (1955) ») ou d’un événement majeur de la guerre dite froide (chap. 9 : « Vietnam ou les conséquences d’une erreur de traduction »). A travers les témoignages utilisés, on croise au fil des « affaires » des personnalités aussi sulfureuses que le prince Borghese, recruté par la CIA après 1945 ; on comprend le rôle de l’Office of Naval Intelligence dans l’affrontement entre les Etats-Unis et Castro ; on peut revivre la chronologie du dossier de l’USS Pueblo ou le drame de la destruction en vol en septembre 1983 d’un Boeing de Korean Airlines. La chasse aux sous-marins soviétiques dans les eaux suédoises est également largement traitée (chap. 14 : « Le syndrome du périscope (1980-1992) ») et les auteurs exploitent également ici, pour la première fois dans la bibliographie en français, les archives suédoises. Les dernières lignes soulignent le regain d’activité des services depuis l’arrivée au pouvoir de Poutine : « Tout indiquait que les anciens adversaires avaient retrouvé leur vieux réflexes », écrivent les deux auteurs après avoir détaillé l’affaire Pope en 1999.

Tout au long du texte, les détails les plus précis sont fournis sur les hommes impliqués, les bâtiments concernés, les installations visées. On est loin d’Octobre rouge (plus de 50 pages de notes, références et index complètent ce volume), mais on ne peut s’empêcher à la lecture de certaines pages « d’apercevoir » au détour d’un paragraphe l’image de Sean Connery au commandement de son bâtiment …

Une véritable somme, indispensable à tout amateur des questions navales, aussi bien qu’à tous ceux que le renseignement intéresse. Un livre indispensable pour aider à comprendre le monde de l’après-deuxième guerre mondiale.

Source : Guerres & Conflits

Editions Nouveau Monde Poche, 536 pages

9,50 euros