Fin mai 1926, la photo du colonel Corap fait la une des journaux. Véritable héros national, il vient, après un raid audacieux dont il a pris l’initiative, de capturer Abd el-Krim, mettant ainsi fin à la guerre du Rif. Quatorze ans plus tard, le 22 mai 1940, toute la presse reparle de Corap, désormais général d’armée, mais le ton a changé du tout au tout. En effet, la veille, lors d’un discours au Sénat, le président du Conseil Paul Reynaud a flétri son nom et l’a désigné à la vindicte publique comme responsable de la percée allemande dans les Ardennes.