1914 ConradLe contenu du livre est plus éclairant que le titre réducteur, sans doute choisi par l’éditeur pour « marquer » le lecteur potentiel.

En fait, Philippe Conrad se demande en quoi la Grande Guerre devait littéralement survenir en août 1914, ou si sa survenance ne présentait aucun caractère de nécessité plus ou moins attendue. Au long d’une dizaine de chapitres, il aborde successivement les principales hypothèses qui ont été, depuis plus ou moins longtemps, avancées. A très juste titre, il souligne par exemple, en ce qui concerne les relations franco-allemandes, que celles-ci ont connu des phases très différentes, de tension ou d’apaisement, dans les années qui précèdent. De même, les rivalités économiques ont été mises en cause, en particulier dans une analyse marxiste, mais finalement il apparaît que les groupes industriels ou financiers, français, allemands ou britanniques avaient tout intérêt à poursuivre leurs dialogues et leurs échanges, ce qu’ils ont fait d’ailleurs jusqu’à la veille de la guerre. Il en est de même pour les rivalités coloniales, un temps mises en avant alors que l’essentiel des oppositions franco-allemandes ou germano-britanniques sont réglées en 1914, etc., etc. Finalement, la guerre n’était absolument pas « inévitable » et la responsabilité (si responsabilité identifiée il y a) revient sans doute pour une large part aux individus, et en particulier aux responsables politiques qui n’ont pas su gérer la crise. Pour la France par exemple, les choses auraient-elles évoluées de la même façon si une personnalité comme Caillaux avait été aux affaires, au lieu et place du pâle Viviani ? De même en Russie ou en Autriche-Hongrie, où les empereurs manquent cruellement de présence et de ferme volonté : « Plus que jamais, celui qui veut la paix doit connaître l’Histoire ».

Une approche à contre-courant de la littérature générale qui ne « révolutionne » pas la connaissance de la période mais a le mérite de mettre en perspective les principales hypothèses pour les contester.

L‘auteur : Philippe Conrad a été professeur d’Histoire contemporaine et de géopolitique à l’Institut pratique de journalisme de Paris, directeur de séminaire au Collège Interarmées de Défense et professeur de géopolitique à l’École Supérieure de Guerre.

Journaliste indépendant depuis 1976, il collabore régulièrement à Historama, Histoire- Magazine, Perspectives, Valeurs Actuelles, Spectacle du Monde, le Figaro hors-série, Revue française de Géopolitique, Nouvelle Revue d’Histoire, parmi d’autres. Il a également été rédacteur en chef de Nation-Armée de 1976 à 1979, d’Histoire-Magazine de 1979 à 1983, de Terres d’Histoire de 1988 à 1991.

Actuellement Philippe Conrad est rédacteur en chef du magazine électronique Les Nouvelles de Clio.

Philippe Conrad a une quarantaine d’ouvrages à son actif dont Le poids des armes, Guerres et conflits de 1900 à 1945 (Les PUF, 2004).

Genèse Edition, Paris, 2014, 200 pages. 22,50 euros. (Cliquer ICI pour le commander)

Source : Guerres & Conflits