Selon des sources concordantes, la société ODAS, qui représente les intérêts français en Arabie saoudite, a signé un contrat d’Etat à Etat au mois d’août avec Ryad d’un montant de plus de 1 milliard d’euros portant sur la modernisation d’une partie de la flotte militaire du Royaume. DCNS, Thales et MBDA ainsi que ODAS se partagent la commande.

ODASC’est un bel été pour l’industrie française de l’armement, qui engrange enfin des gros contrats export. Après les deux contrats gagnés d’une valeur totale de près de 1 milliard d’euros par EADS et Thales aux Emirats arabes unis (deux satellites espions et 17 radars de défense aérienne), c’est au tour de l’Arabie Saoudite de débloquer un contrat longtemps attendu. Selon des sources concordantes, la société ODAS, qui représente dans le royaume les intérêts des industriels français DCNS, Thales et MBDA, a signé en août avec Ryad un contrat d’Etat à Etat (LEX ou Life Extension Sawari 1) de plus d’un milliard d’euros portant sur la modernisation de quatre frégates de classe Al Medinah et de deux pétroliers-ravitailleurs de la classe Boraida mis en service en 1985-1986 (contrat Sawari I).

Le contrat pourrait être mis en vigueur dès le 1er septembre. Quatre sociétés se partagent cette commande : DCNS avec son partenaire saoudien Zamil (700 millions d’euros), Thales (moins de 200 millions), MBDA, qui va équiper les pétroliers de son nouveau système surface-air à très courte portée de MBDA Simbad-RC (entre 40 et 50 millions d’euros), et ODAS (infrastructures). ODAS a été créée à la demande de l’État français pour contribuer à développer les exportations dans le domaine de la défense, de la sécurité et des hautes technologies. ODAS intervient essentiellement en Arabie saoudite dans le cadre de contrats d’État à État ou de contrats commerciaux. Son actionnariat rassemble, aux côtés de l’État français, une dizaine de grandes entreprises, dont DCNS, MBDA France et Thales.

Michel CABIROL

Lire la suite sur le site de LA TRIBUNE