L’exercice hivernal majeur de la 27e brigade d’infanterie de montagne (BIM) se déroulera du lundi 21 au vendredi 25 novembre 2016 sur le grand champ de tir des Alpes dans la zone des Rochilles – Mont Thabor. (Près de St Michel de Maurienne et de Valloire)

Commandé par la brigade, « CERCES » est un exercice tactique unique du niveau groupement tactique interarmes (GTIA) recréant en conditions quasi réelles une opération en zone montagneuse hivernale enneigée.

Comprenant une manoeuvre interarmes à tirs réels (armes individuelles et collectives en dotation dans les unités de la brigade), il permet d’entraîner toutes les composantes (infanterie, artillerie, génie, cavalerie ou encore groupement commando montagne) de cette brigade particulièrement polyvalente sur le thème de l’action de coercition de force de moyenne et de haute intensité.

Près de 1 000 soldats de montagne seront engagés durant l’exercice. Cette manœuvre se déroulera tant dans les massifs qu’au-dessus avec la présence de l’armée de l’air et des hélicoptères de la brigade d’aérocombat (BAC) pour donner une dimension des plus réelles à cet exercice.

Véhicules blindés Haute Mobilité (VHM). Crédit : 27e BIM.

Véhicules blindés Haute Mobilité (VHM). Crédit : 27e BIM.

Tous les corps de la 27e BIM sont concernés par l’exercice CERCES.

Commandé par un état-major de niveau Groupement Tactique Interarmes (GTIA), chaque corps de la brigade dans son emploi spécifique, participe à la manoeuvre interarmes en apportant la plus-value de son domaine et ce jusqu’au niveau de la compagnie. Toutes les compagnies d’infanterie sont renforcées de leurs appuis et renforcements interarmes.

  • une compagnie du 7e bataillon de chasseurs alpins de Varces,
  • une compagnie du 13e bataillon de chasseurs alpins de Chambéry,
  • une compagnie du 27e bataillon de chasseurs alpins d’Annecy,
  • des cavaliers du 4e régiment de chasseurs de Gap (1 peloton d’ERC 90),
  • des artilleurs du 93e régiment d’artillerie de montagne de Varces,
  • des sapeurs du 2e régiment étranger de génie de Saint-Christol,
  • des commandos montagne de la 27e BIM,
  • des transmetteurs de la 27e compagnie de commandement et de transmissions montagne.

Mais aussi :

  • le centre médical des armées des Alpes (CMA),
  • une équipe cynophile du 132e bataillon cynophile de l’armée de terre de Suippes,
  • des hélicoptères de la 4e brigade d’aérocombat de Clermont-Ferrand,
  • et enfin avec la participation d’unités de la 13e brigade légère blindée de l’armée hollandaise.

Au total ce sont près de 1 000 soldats de montagne qui se retrouvent cette année dans la zone du Mont Thabor pour cet exercice de validation du niveau opérationnel des troupes de la brigade en montagne hivernale.

Le général Vincent Pons dispose de 400 soldats de la brigade ou des corps du soutien pour assurer la construction de l’exercice, la réalisation des incidents et la mise en œuvre de toute la logistique nécessaire au bon déroulement des opérations.

Les matériels utilisés sont ceux du combattant d’infanterie interarmes.

Pour se déplacer et combattre en montagne hivernale, les Troupes de montagne utilisent les Véhicules blindés Haute Mobilité (VHM) pour s’approcher au plus près de la zone des combats et poursuivent à skis, en raquettes ou à pied pour le combat débarqué. Les matériels majeurs présents lors de l’exercice seront :

  • le système d’armes FELIN (Fantassin à Equipement et Liaisons INtégrées), armement du combattant d’infanterie de dernière génération,
  • des Véhicules blindés Haute Mobilité (VHM) et des Véhicules de transport Articulés à Chenilles (VAC),
  • des Engins de Reconnaissance Canon 90mm du 4e RCh (ERC90 Sagaie) et Véhicules Blindés Légers (VBL),
  • des Camions Equipés d’un Système d’ARtillerie (CAESAR – canon de 155mm/52 calibre au standard OTAN),
  • des mortiers de 120 mm rayés-tractés et de 81 mm LLR,
  • des armes antichar (AT4CS et Sol-Air),
  • des mitrailleuses 12,7 mm et 7,62 mm,
  • des fusils de tireur d’élite et de tireur de précision (PGM et FRF2/HK 417),
  • de nombreux véhicules logistiques.

Mais également, pour l’appui aérien aux opérations :

  • des hélicoptères de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT),
  • des Mirage 2000 et Rafale de l’Armée de l’Air.

CI-DESSOUS CLIPS DE L’EXERCICE « CERCES 2015 »





Exercice CERCES 2011