Pendant que la Deuxième Guerre mondiale fait rage sur quatre continents, le Canada traverse une crise majeure suscitant colères intenses et réactions violentes. Nous sommes en février 1942. Le premier ministre du Canada, Mackenzie King, annonce aux Canadiens qu’il leur demandera bientôt par voie de référendum « de le libérer de sa promesse de ne jamais recourir à la conscription pour le service outre-mer ». Au Québec, la riposte à cette annonce sera immédiate. On se mobilisera rapidement, exhortant les Québécois à répondre NON à cette demande.

Le 27 avril 1942, jour du référendum sur la conscription, le pays est divisé comme il ne l’a jamais été auparavant. Deux Canada se démarquent, scindés suivant un clivage linguistique alors que les Canadiens anglais votent OUI à 80 %, et les Canadiens français, NON à 85 % !