ATHENA2Créé en mars 2006, Theatrum Belli est au départ un des tous premiers blogs Défense français. Il s’est modestement donné pour objectif de sensibiliser les citoyens français au « phénomène guerre » sous toutes ses formes, de l’Antiquité à nos jours, par la présentation de textes de réflexion et de documents audio et vidéo. 

Ce site est destiné plus particulièrement aux étudiants et aux militaires recherchant une information riche sur des sujets d’actualité mais aussi sur des thématiques historiques, culturelles, géopolitiques, économiques, mémorielles, informationnelles et stratégiques car, comme l’affirmait Clausewitz, « la guerre est un caméléon »…

Les principaux ministères de la Défense (américain, britannique, français..) prennent peu à peu conscience de la notoriété que peuvent leur apporter ces nouveaux médias non institutionnels qui participent de la préservation et de la promotion du lien « Nation-Armée », corollaire, depuis les Grecs anciens, de l’esprit citoyen.

TB propose des informations liées à la Défense et à la Sécurité. Il s’est également donné pour mission de participer au rayonnement des armées françaises et des industries de défense françaises et européennes sur le Net.

Stéphane GAUDIN

Directeur éditorial

contact@theatrum-belli.org

—————————–

THEATRUM BELLI est une marque déposée à l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) sous la référence 3722961. Il en est de même pour « NUNTIUS BELLI » et sa mascotte « OPIX ».

Logo de THEATRUM BELLI (une création du graphiste alsacien Jean-François KLOTZ)

Logo de THEATRUM BELLI (une création du graphiste alsacien Jean-François KLOTZ)

Nous avons voulu conserver les initiales de TB car beaucoup de personnes désignent le site sous cette appellation. Nous avons également voulu réalisé un logo qui soit sobre, facilement identifiable et explicite.

Le cercle symbolise : 
– la terre (et donc la dimension internationale de TB),
– le temps cyclique (« court » de l’actualité et « long » de l’histoire et de la géopolitique),
– la globalité (de la thématique « Sécurité-Défense » qu’entend promouvoir le site depuis sa création en 2006 : politique, militaire, culturelle, historique, sociale, économique…).

Le cercle évoque aussi bien sûr le bouclier (arme passive, défensive et protectrice de la Cité). Il est l’arme essentielle du guerrier spartiate (l’hoplon) permettant à la phalange hoplitique d’avancer en rangs serrés sur l’ennemi tout en restant protégée. Il est le garant de la cohésion de la phalange au sein de laquelle l’oncle se battait au coté du neveu. Dans la mythologie (cf le bouclier d’Achille), il pouvait représentait l’univers justifiant pourquoi le guerrier combattait et mourrait : les coups de l’adversaire s’abattant en vain sur ce « cosmos », cette réalité figurée qui lui était chère (pays, valeurs) qu’il entendait défendre bec et ongle face à un ennemi qui avait entrepris de lui spolier.

Le bouclier évoque aussi le guerrier mort ou blessé au combat à qui il servait souvent de civière.

Le cercle évoque aussi la cyclique qui orne les bérets de nos soldats.

L’épée pointe en bas qui prolonge la lettre « T » est le symbole de l’état militaire, de sa vertu, de sa bravoure mais aussi de sa puissance. Elle est également un symbole axial, polaire. Elle était plantée sur la tombe des guerriers Scythes (symbolisme qui s’est retrouvé à des milliers de kilomètres chez les Celtes, notamment dans le mythe arthurien).

L’épée symbolise également la rectitude morale, surtout lorsqu’elle est brandie par un chevalier.

Pour reprendre les mots de Paul-Georges Sansonetti, diplômé de l’Ecole du Louvre : Dans le symbolisme chrétien, saint Paul nous le rappelle, l’épée c’est le Verbe ; ce que confirme saint Jean l’Évangéliste lors de sa la vision d’un être au corps glorieux dont le visage ressemblait « au soleil lorsqu’il luit dans sa force » tandis que « de sa bouche sortait un glaive aigu à double tranchant ». Le Verbe, autrement dit la parole, ce qui implique l’écriture et les mots qui naissent des lettres, se change en épée ; comme pour dire que, selon l’ancien monde, le langage à la source d’une civilisation est indissociable de la lumineuse rectitude joignant, par l’ethos qu’elle nécessite, l’humain au divin. 

Le pommeau de l’épée symbolise les quatre points cardinaux (Nord, Sud, Est, Ouest) de la dimension géopolitique (enjeux, tensions internationales, projection de forces).

Le fond pourpre évoque bien sûr le sang versé (le sien mais aussi celui de l’ennemi/adversaire qui en ce sens doit être respecté et reconnu, car c’est avec son ennemi qu’on peut construire une paix, même passagère). Il symbolise aussi la force, la puissance, la jeunesse, l’ardeur. Il symbolise également le feu (le feu de la bataille ou bien le feu de camp autour duquel les guerriers font « cercle », se retrouvent pour boire et chanter. « Ecris avec du sang et tu apprendras que le sang est esprit », écrivait Nietzsche.

La couleur dorée évoque l’or, métal inaltérable. Cette permanence de la condition humaine que fait qu’ « Il y aura toujours un champ de bataille » depuis notre plus lointaine histoire (« Polémos est le père de toute chose », Héraclite – Fragments 53).

Enfin, le cercle évoque le « champ » (THEATRUM) et l’épée évoque, quant à elle, la « bataille », la « guerre », le « combat » (BELLI).

 

Stéphane Gaudin

Depuis 2011, THEATRUM BELLI, via son opération « Nuntius Belli », envoie des messages de soutien à nos soldats déployés en Opex. Cette opération citoyenne et désintéressée marque le lien entre la Nation et son Armée. Pour le symboliser, nous avons décidé de créer une mascotte qui personnifie ce lien essentiel qu’il faut préserver, entretenir et promouvoir.

Réalisée par Jean-François Klotz (qui a également créé le logo de TB), ce personnage que nous avons nommé « OPIX » représente bien-sûr notre coq gaulois national*, fier, audacieux, à l’oeil vif.

Symbolisant la lumière (il annonce le lever du soleil),  le coq est reconnu pour son courage et sa qualité combative (ses ergots lui donnant une dimension « militaire »). Dans la tradition nordique, il symbolise la vigilance guerrière car il surveille l’horizon sur les plus hautes branches du frêne cosmique Yggdrasil contre les attaques des Géants. En veillant tout en haut de cet arbre (qui est l’origine de la vie chez les vikings), le coq devient le protecteur et le gardien de la vie…mission sacrée de notre armée. Il entend également incarner notre capacité de résilience.

Vous voyez, beaucoup de sens symboliques qui légitiment notre choix.

Le bouclier reprenant les couleurs de notre cocarde (donnant un effet plus « Captain Gallica » que « Captain America ») évoque ce que défend le soldat : le sol, la Cité et le Foyer, la Civilisation et la Patrie. Le courrier évoque à la fois l’éloignement et le soutien moral de nos troupes déployées sur des théâtres de guerre à travers le monde.

Nous espérons que cette approche permettra plus facilement de sensibiliser les enfants aux valeurs qui sont les nôtres.

Le personnage (dessin et nom) ont fait l’objet d’un dépôt auprès de l’INPI.

* basé sur le double sens du mot « Gallus » signifiant à la fois « coq » et « Gaulois ».