Jean-Yves LE DRIAN (p 10) : « (…) nous n’attaquons que lorsque nous sommes attaqués : c’est une position éthique, politique ; c’est aussi une obligation juridique ; et lorsque les démocraties s’éloignent de ce principe, cela donne le désastre de 2003 que j’ai évoqué il y a quelques instants« .

Un argument qui dénonce également (sans le dire) l’action de Nicolas Sarkozy en Libye.