Dans le cadre du lien armée-nation, le 40e régiment d’artillerie ouvrait hier ses portes pour une journée découverte sur le camp de Suippes afin de mieux faire connaître les soldats et leurs équipements à travers les différentes missions assurées par le régiment.

Appartenant à la 2e brigade blindée dont il assure l’appui feu, le 40e RA a été fondé voici plus d’un siècle, en 1984 à Saint-Mihiel (Meuse). Ses participations successives aux différents conflits armés depuis sa création fait de son étendard le plus décoré des régiments d’artillerie.

A l’origine, les artilleurs étaient dotés du mousqueton d’artillerie de 1892 puis du canon de 75 mm à partir de 1897. Aujourd’hui, les matériels en dotation lui confère une capacité opérationnelle diversifiée : station de tir de missile Mistral, mortier de 120 mm rayé-tracté, canon de 155 mm AUF1 (le 40e RA est le dernier régiment d’artillerie à en être doté), canon de 155 mm Caesar, sans oublier le drone tactique et plusieurs types de radars.

Les visiteurs ont ainsi pu découvrir les outils de simulations dont certains commencent sérieusement à avoir une connotation quelque peu « vintage », notamment concernant le canon de 20 mm du VAB.

Par contre, d’autres comme le simulateur de tir Mistral est impressionnant lorsqu’il faut « accrocher » très rapidement un aéronef en approche.

Station de tir Mistral équipée de la nouvelle caméra thermique SANDRA. Crédit : Stéphane Gaudin.

Station de tir Mistral équipée de la nouvelle caméra thermique SANDRA. Crédit : Stéphane Gaudin.

Les visiteurs, dont quelques lycéens, ont pu également assister à des tirs d’artillerie au départ des coups ainsi qu’à l’arrivée des obus sur la zone d’impact avec un mortier de 120 mm, un canon Caesar et un canon AUF1. Des ateliers complétaient ses démonstrations avec la présentation d’une station Mistral équipée de la dernière caméra thermique SANDRA, du système de maillage des radars MARTHA NC1 30, du drone tactique DRAC, du système radar RASIT pouvant notamment détecter un piéton à une distance de 20 km. Le régiment venait de recevoir le radar de dernière génération BOR-A développé par Thales ayant une capacité de lutte anti-drone de petite taille.

Sur la plateforme d’observation du camp de Suippes les visiteurs ont pu découvrir où se trouvaient un siècle plus tôt les positions françaises lors de la Grande Guerre faisant du camp d’entraînement un haut lieu de la mémoire guerrière, comme le faisait remarquer le lieutenant-colonel Frédéric JORDAN, nouveau chef de corps du 40e RA, animateur depuis plusieurs années du blog d’histoire militaire « L’écho du champ de bataille« .

Comme pour de nombreux régiment, le 40e RA est fortement sollicité pour participer à l’opération Sentinelle et essaie de s’adapter à cette situation pour conserver tant bien que mal ses capacités d’entraînement.