Cette thèse questionne les choix de politiques publiques relatifs à l’organisation spatiale de la production de défense en tant que bien public. Notre cadre d’analyse permet d’intégrer le facteur spatial dans la modélisation de cette production.

Comment intégrer l’espace en économie de la défense ? Comment l’espace structure-t-il l’organisation de la production de défense ? Et inversement, comment la production de défense structure-t-elle l’espace ?

Notre travail s’intéresse plus particulièrement au cas de la France et plus précisément de la maintenance ou Maintien en Condition Opérationnelle (MCO) des matériels de défense.

En France, selon la Direction Générale de l’Armement, les coûts de MCO se situent généralement entre 35 % et 50 % du coût global de possession des matériels. En 2012, ils représentaient environ 15 % du budget de la défense. La maîtrise de ces coûts est devenue un enjeu de premier ordre depuis les années 1990. Ils constituent un problème d’actualité : sur la période 2010-2014, ces dépenses vont augmenter de 8,7 % en moyenne.

La bonne maîtrise du MCO vise à maintenir – ou améliorer – la disponibilité des matériels de défense tout en réduisant les coûts du MCO. Dans cet objectif, l’organisation spatiale du MCO est une dimension structurante d’un point de vue statique comme dynamique, compte tenu des évolutions à la fois du format des armées et de leurs équipements.

La thèse est organisée autour de quatre chapitres :

  • Le premier chapitre fait une revue de la littérature concernant les relations entre les activités de défense et les territoires dans lesquelles elles s’inscrivent.
  • Le deuxième chapitre examine les transformations contemporaines de la défense française en termes de doctrine, de budget et de dimensionnement des armées pour identifier les conséquences géographiques de ces transformations.
  • Le troisième chapitre s’intéresse à l’évolution du MCO des matériels de défense depuis la fin de la guerre froide. Nous étudions plus spécifiquement la disponibilité des matériels, l’évolution des coûts du MCO et les réformes mises en place par le décideur public pour améliorer le MCO.
  • Le quatrième chapitre questionne l’organisation spatiale optimale du MCO. Notre modélisation montre que l’espace peut être un instrument d’optimisation des coûts du MCO des matériels de défense.

Cependant, il demeure une contrainte dont il est difficile de s’affranchir en raison de l’existence de coûts de transport, mais aussi et surtout de la nature même des activités de défense. Nous modélisons alors une contrainte stratégique sous la forme d’un coût social opérationnel. Cette contrainte tient compte des spécificités intrinsèques des activités militaires (e.g. disponibilité des matériels, localisations stratégiques imposées). Elle nous permet de souligner et de discuter l’équilibre de forces qui existe entre agglomération et dispersion dans la production de MCO.

L’apport de cette thèse est de permettre d’intégrer le facteur spatial dans la modélisation de la production de défense. Nous défendons l’idée que la compréhension de l’organisation de la production de défense ne peut se faire en faisant abstraction de l’espace. L’optimisation de l’effort de défense repose sur une dimension spatiale inhérente au concept même de défense et de territoire à défendre. En conséquence, les recherches sur l’optimalité de l’organisation de la production de défense ne peuvent que s’inscrire dans un cadre d’analyse spatiale. Cette méthodologie peut s’appliquer à d’autres dimensions de la défense.

Josselin DROFF