En prévision de la COP21 (Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris) qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre 2015, à Paris. La série Culture Sciences a choisi, pour cette semaine, un parti-pris fort intitulé  « Climat : comment vivra-t-on le jour d’après ? » Ainsi seront analysés, et selon un scénario prévisionnel risqué et difficile, les conséquences de la crise climatique dont le dernier rapport du GIEC a donné le tableau. Dans cette visée, Continent Sciences se propose un exercice de « futurologie », de prédictions de diverses situations climatiques en 2020, voire en 2050 et qui pourraient conduire à des situations d’affrontements armées. En particulier pour les ressources primaires comme l’alimentation. On peut déjà voir les linéaments de telles situations de conflit avec l’exemple du Bangladesh, où plusieurs millions de personnes sont sous la menace de la montée des eaux et où en prévision, l’Inde tout comme la Birmanie construit des murs de plus de 1000 km de long pour contenir les arrivées massives de réfugiés. Plus près de nous, certains spécialistes soulignent la dimension climatique, dans l’ensemble des causes complexes qui ont conduit à la situation syrienne actuelle. 

Avec : 
Olivier Blond, directeur des publications de la Fondation Goodplanet
François Dupont, amiral
Françoise Gaill, océanographe