8 septembre 1429 : Jeanne d’Arc est blessée lors du siège de Paris.

Accompagnée du duc d’Alençon ainsi que des maréchaux Jean de Brosse de Boussac et Gilles de Rais, ils attaquent la porte Saint-Honoré. Des couleuvrines les appuient depuis la butte Saint-Roch. Jeanne est touchée par un carreau à la cuisse tandis qu’elle tente de franchir le fossé devant la porte. Evacuée à La Chapelle, sa base de départ, l’ordre de repli est donné quelques heures plus tard. Une plaque commémorative est apposée au n°161-163 de la rue Saint-Honoré. CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).


8 septembre 1494 : débarquement et bataille de Rapallo (Italie).

Le futur Louis XII fait débarquer ses troupes à Rapallo en les appuyant depuis la mer. Il conquiert ensuite Gênes permettant l’entrée du gros de l’armée française dans la péninsule. Ce serait l’une des premières opérations de débarquement interarmées connue de l’histoire.


8 septembre 1514 : bataille d’Orcha (actuelle Biélorussie).

Le grand-duché de Moscou tente d’envahir la Lituanie mais se fait battre de manière très nette par l’alliance du grand-duché de Lituanie et du royaume de Pologne.


8 septembre 1855 : prise de la redoute de Malakoff (campagne de Crimée).

Le général de Mac Mahon mène lui-même les colonnes d’assaut des zouaves au combat et met fin à l’interminable siège de Sébastopol, ainsi qu’à la meurtrière campagne de Crimée, qui a vu pour la première fois (depuis plusieurs siècles) s’allier la France (Napoléon III) et l’Angleterre, aux côtés de la Turquie face à la Russie (Nicolas Ier). Pour la petite histoire, la légende raconte que le commandant du corps expéditionnaire, le général Pélissier, s’inquiétant de voir son subordonné trop exposé lui aurait enjoint à plusieurs reprises de se retirer, ce à quoi Mac Mahon lui aurait finalement répondu par télégraphe : « J’y suis, j’y reste ! ». Les Russes en se retirant de la redoute l’avait minée et s’apprêtaient à la faire exploser avec Mac Mahon et ses forces d’assaut lorsque les sapeurs français en creusant pour améliorer les défenses des zouaves ont fort heureusement mais involontairement coupé les lignes de mise à feu russes. 

NB : le général puis Maréchal Mac Mahon sera en 1873 un des premiers présidents de la République française.


8 septembre 1917 : fin de la bataille de Marasesti (Roumanie).

A partir du 6 août, les armées allemandes du général von Mackensen tentent de percer le front entre la rivière Siret et les Carpates dans l’Est de la Roumanie. Face à elles, le général Grigorescu résiste avec la 1ère Armée roumaine sur la petite partie de territoire encore souveraine. La progression des allemands est minime et le front résiste. A noter que l’armée roumaine bénéficie d’une assistance militaire française sous les ordres du général Berthelot. Ce dernier a initié une réorganisation, un changement de doctrine, et un rééquipement à partir de matériel français. La bataille est considérée comme le Verdun roumain. Aujourd’hui à Marasesti, un mausolée abrite le corps du général Grigorescu ainsi que les restes de 6 000 soldats morts durant cet engagement. Sur Berthelot en Roumanie, lire l’ouvrage de Michel Roussin, Sur les traces du général Berthelot


8 septembre 1923 : catastrophe maritime américaine (Honda point – Californie).

Après des manœuvres au large de San Francisco, 14 destroyers américains font route au Sud, en longeant la côte californienne  pour rejoindre leur base à San Diego. Naviguant à 20 nœuds et en colonne, ils se fient au navire de tête qui malgré le brouillard ne ralentit pas sa cadence, y compris lorsqu’il vire à bâbord croyant emprunter le chenal de Santa Barbara. Il s’échoue sur la côte. Le commandant échoué pense avoir heurté une île et non la côte, estimant mal , à nouveau, sa position. Il ordonne aux navires qui le suivent de virer pour pense-t-il éviter l’île, mais les envoi sans le savoir sur la côte. La moitié du convoi s’échoue. 23 marins disparaissent.


8 septembre 1941 : début du siège de Leningrad.

Les rives du lac Ladoga sont atteintes par les troupes du général von Leeb malgré le freinage de la 1ère division blindée russe et un siège de 872 jours débute.


8 septembre 1943 : opération Starkey (au large de Calais).

Exercice naval allié ayant une triple vocation : préparer réellement le débarquement en Normandie (Overlord). Faire croire que c’est une véritable opération et ancrer dans l’esprit des Allemands que c’est autour de Calais (et non pas en Normandie) que le débarquement aura lieu. Fixer en France un maximum de troupes ennemies alors que l’effort allié a lieu en Sicile et en URSS à ce moment-là.


8 septembre 1951 : signature du traité de paix de San Francisco.

Le Japon, 6 ans après sa capitulation, signe un traité de paix avec ses ex-ennemis. Il s’engage à payer des compensations aux pays occupés (Birmanie, Philippines, Indonésie et Viet Nam) et reconnait l’indépendance de la Corée, la perte de l’actuelle Taiwan, les îles Kouriles et Pescadores. L’URSS et la Chine populaire ne signent pas en raison de différends concernant les îles Kouriles et les îles Spratley. Différend toujours d’actualité.


8 septembre 1944 : première V2 sur Paris.

« La première V2 ou Vergeltungswaffe (Vengeance) est lancée depuis la Belgique par les Allemands contre Paris (Maisons-Alfort). La V2 est l’ancêtre des missiles balistiques et des lanceurs spatiaux. L’impact de cette arme, comme la V1, est d’ordre psychologique. La V1 et la V2 ont alimenté la propagande de Joseph Goebbels, mais ne permettront pas de changer l’issue de la guerre ». DGRIS.


8 septembre 1975 : évacuation de ressortissants à Anjouan (Comores).

Le TCD Ouragan avec le commando Trepel évacuent des ressortissants français mis en danger par les coups de main qui suivent la déclaration d’indépendance de l’Etat comorien (6 juillet 1975).


8 septembre 1994 : les Alliés quittent Berlin.

Après 49 ans d’occupation de la ville, les Alliés quittent Berlin. Divisée en 4 secteurs d’occupation (US, GB, F et URSS), juste après la Seconde Guerre Mondiale, l’ancienne capitale du Reich devient le symbole de l’affrontement Est-Ouest naissant. En 1948, les soviétiques tentent vainement d’asphyxier la zone ouest au cours d’un blocus de plusieurs mois. En aout 1961, la construction du « mur de la honte » débute, partageant en deux, non seulement Berlin mais toute l’Europe.  28 ans plus tard, le 9 novembre 1989, le mur tombe entrainant la réunification de l’Allemagne (1990) et la chute du bloc soviétique (1991). Berlin est à nouveau capitale de l’Allemagne.