7 janvier 1785 : première traversée de la Manche en ballon.

Jean-Pierre Blanchard effectue en 2 h 25, la première traversée de la Manche à bord d’un ballon gonflé à l’hydrogène. Il faut attendre 1909 pour la première traversée en avion (par Louis Blériot en 37 minutes). En 1994, avec l’Eurostar empruntant le tunnel sous la manche, il ne faut plus que 21 minutes.


7 janvier 1873 : naissance de Charles Péguy (Orléans).

Journaliste et écrivain, mort au combat le 5 septembre 1914, veille de la bataille de la Marne. Lire l’ouvrage d’Arnaud Teyssier Charles Peguy, une humanité française qui permet de découvrir ou d’approfondir le cas Péguy :  «La République une et indivisible, c’est notre royaume de France« . « Tout un peuple prépare tellement sa tranquillité de demain qu’il anéantit son être même« . « La liberté consiste à croire ce que l’on croit et à admettre (au fond, à exiger) que le voisin croie aussi ce qu’il croit. […] La liberté est un système de courage« .


7 janvier 1886 : Boulanger ministre de la Guerre.

Le général Boulanger est nommé ministre de la Guerre dans le gouvernement Freycinet. Devenant de plus en plus populaire, son nom rassemble les mécontents du régime.


7 janvier 1923 : arrivée de la croisière des sables (Tombouctou – actuel Mali).

Parties le 17 décembre de Touggourt en Algérie, 5 autochenilles B2 d’André Citroën arrivent à Tombouctou après avoir parcouru 3200 km d’un itinéraire jusque-là emprunté par les chameaux. 


7 janvier 1932 : décès d’André Maginot (Paris).  

« A la déclaration de guerre en 1914, alors qu’il est sous-secrétaire d’Etat à la Guerre, il s’engage au 44e SHDRégiment d’infanterie territoriale de Verdun. Blessé dans ce secteur, le 9 novembre de la même année, il ne peut repartir pour le front. Il est successivement ministre des Colonies en 1917, des Pensions en 1920, de la Guerre en 1922 qu’il quitte en 1924 pour le reprendre en 1929. Marqué par la première guerre mondiale, il s’attache dès 1922 à renforcer  la frontière avec l’Allemagne. Le projet de « ligne Maginot » tel que nous le connaissons a été porté par son successeur au ministère de la Guerre, Paul Painlevé : toutefois André Maginot y contribua par la réussite de la levée des fonds nécessaires à la construction des ouvrages (3,3 milliards de francs). Dans le discours de défense du budget de ce projet, il dira : Le béton vaut mieux à cet égard et coûte moins cher que le mur des poitrines . En forêt de Verdun à Fleury-devant-Douaumont, un « monument à Maginot » a été inauguré par le président Albert Lebrun en 1935 (sculpture de Gaston Bocquet) représentant le sergent Maginot blessé devant un bouclier, symbolisant l’ouvrage défensif qu’il avait contribué à construire ». CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).


7 janvier 1957 : début de la bataille d’Alger.

Le Président du Conseil, Guy Mollet, (gouvernement de la IVème République) confie les pleins pouvoirs civils et militaires au général Massu, commandant la 10e division parachutiste, pour mettre fin à la campagne d’attentats que le FLN conduit depuis fin septembre 1956 à Alger.  L’arrivée des paras (qui rentrent de l’opération sur Suez) marque le début de la bataille d’Alger.


7 janvier 1959 : ordonnance portant organisation générale de la défense.

Abrogée par l’ordonnance de 2004 créant le code de la Défense.


7 janvier 1987 : bombardement de Ouadi Doum (Tchad).

Les Libyens appuyant la rébellion nord-tchadienne, mettent en service la piste d’aviation de Ouadi Doum et pour répondre à la contre-offensive des forces armées tchadiennes (N’Djamena) du début de l’année, ils décident de bombarder la base française de Biltine. En représailles, 2 jaguars français détruisent les radars protégeant la base avec un missile Martel. L’opération est rondement menée : 2 mirages F1 pénètrent de manière offensive l’espace aérien des rebelles pour mettre en alerte le dispositif de détection libyen. Une fois les radars libyens allumés, l’un des jaguars attaque après une pénétration à très basse altitude. Son missile Martel n’a plus qu’à se verrouiller sur l’émission radar.


7 janvier 2015 : début des attentats de Janvier (Paris).

En fin de matinée, Chérif et Saïd Kouachi assassinent 12 personnes au siège du journal Charlie Hebdo se revendiquant d’Al Qaida au Yemen. Ils prennent la fuite déclenchant une chasse à l’homme extrêmement médiatisée. En soirée et à Fontenay-aux-Roses, un joggeur est blessé par 3 balles tirées par un inconnu.