6 janvier 1148 : bataille des gorges de Pisidie (côte sud de l’actuelle Turquie).

Le comté d’Edesse, Etat latin d’Orient (frontière actuelle entre Turquie et Syrie) étant tombé, la seconde croisade est prêchée par Bernard de Clairvaux. L’empereur Conrad III et le roi Louis VII « prennent la croix » pour rétablir Edesse. L’armée allemande partie avant les Français est détruite aux 3/4 en coupant par le centre des terres seldjouqides (octobre 1147 – Dorylée). Les Français contournent par le littoral et empruntent les gorges de Pisidie, propices aux embuscades. L’avant-garde n’obéit pas aux ordres pourtant stricts du roi et perd le contact avec le gros des troupes. Les Turcs, qui attendaient depuis les hauteurs qu’une faute soit commise, se jettent dans l’intervalle et infligent de lourdes pertes aux Français. Le capétien, Louis VII se bat cependant particulièrement bien et impose le respect aux assaillants qui laisseront un peu de champ aux Français avant de les harceler à nouveau. Louis VII embarque avec une partie des survivants à Antalya. La croisade est un échec cuisant du fait du manque d’unité des croisés, de l’absence de hauteur de vue (stratégique) de Louis VII et des intrigues byzantines de Constantinople.

Référence pour l’histoire des croisades : L’épopée des croisades de René Grousset.


6 janvier 1558 : prise de Calais … par les Français.

Vaincus par les Espagnols à Saint-Quentin en 1557, les Français, conduits par le Duc de Guise, profitent de l’hiver pour attaquer la citadelle de Calais dégarnie de troupes par les Anglais, qui la jugeaient inexpugnable. Avec Calais, les Français reprennent, la dernière possession anglaise sur le Continent. C’est la fin d’un très long contentieux entre les deux pays, qui remontait à l’avènement d’Henri II Plantagenêt (1154). Guise, dit le Balafré, nommé en catastrophe lieutenant général du royaume quelques mois plus tôt, rentre en grâce après ses échecs en Italie et exauce le rêve de Jeanne d’Arc en mettant fin à la présence anglaise sur le continent en coupant court à tout nouveau risque d’invasion. La population calaisienne, devenue entièrement anglaise après deux siècles d’occupation, ne manifesta aucune joie à sa libération.


6 janvier 1649 : replis royal (Paris).

Le futur Louis XIV n’a encore que 10 ans et apprend son métier de roi durant la régence de sa mère, Anne d’Autriche, qui est secondée par le cardinal Mazarin. Voulant influer sur le pouvoir royal, la noblesse parisienne instrumentalise la population pour faire pression sur la régente : c’est une des manifestations de la Fronde. Dans le plus grand secret, Anne d’Autriche, son fils et Mazarin fuient dans la nuit vers Saint Germain pour se soustraire au chantage.


Francesco Morosini / Gem.v.Nazzari - Francesco Morosini / Ptg.by Nazzari /C17 - Francesco Morosini / Peint. de Nazzari6 janvier 1694 : mort de Francesco Morosini (Naupli – Grèce actuelle).

Commandant des forces vénitiennes défendant la ville de Candie (aujourd’hui Héraklion – Crête) pendant 18 des 23 années que dura le siège d’une des dernières villes chrétiennes de Crète, Morosini a réussi plusieurs exploits : La durée du siège en elle-même est unique et coûte aux Ottomans entre 130 000 et 200 000 hommes selon les sources. Tout en se révélant un adversaire redoutable de l’empire ottoman, Morosini est admiré par le grand Vizir turc Koprulu qui lui accordera lors de la reddition de la ville (1669) la sauvegarde des habitants et de leurs biens. Il remporte par la suite de nombreuses victoires face aux Ottomans lors de la reconquête de la Grèce et devient Doge de Venise. C’est probablement l’un des plus grands chefs de guerre de la péninsule italienne.


6 janvier 1886 : protectorat français sur la Grande Comores (Océan indien).

A la demande du prince Said Ali ben Said Omar, sultan le plus puissant de l’île, un traité de protectorat est signé entre lui et le gouverneur français de Mayotte et le capitaine de vaisseau Bausset Roquefort Duchaine d’Arbaud.


6 janvier 1969 : embargo sur les armes à destination d’Israël.

Le général De Gaulle décrète un embargo total à destination d’Israël après le bombardement de l’aéroport de Beyrouth et surtout l’affaire des vedettes de Cherbourg. Durant la nuit de Noël, une équipe des services secrets israéliens se fait passer pour une société suédoise acheteuse des vedettes (que la France refuse de vendre à Israël malgré l’accord commercial signé précédemment), … et après avoir pris possession des bateaux, file vers les eaux internationales et rejoint Haifa.

Ci-dessous : Documentaire sur l’affaire des vedettes de Cherbourg


6 janvier 1972 : décision de construire la navette spatiale (Washington – Etats-Unis).

Le président Nixon annonce officiellement un programme de construction de navettes spatiales pour en finir avec les lanceurs classiques (Titan, Atlas, Delta). La première navette décolle  le 12 avril 1981. Le 28 janvier 1986, la navette Challenger explose en vol. La nouvelle navette Endeavour décolle en 1992.  Les crédits ayant été concentrés sur ce fleuron technologique, les Etats-Unis perdent peu à peu le marché du lancement de satellites au profit d’Ariane.