4 avril 1881 : ouverture d’une école de l’infanterie à Saint Maixent.

A l’issue de la Première Guerre Mondiale, elle devient Ecole militaire de l’infanterie et des chars de combat (EMICC). L’Ecole d’application de l’Infanterie (EAI) est créée en 1946 à Auvours puis transférée à nouveau à Saint Maixent l’Ecole puis à Montpellier et enfin à Draguignan depuis le 1er août 2010 sous l’appellation d’école de l’Infanterie.


4 avril 1932 : combat de Tiguiguilt (Mauritanie).

Alors qu’il campe, le groupe nomade (GN) du Hodh est attaqué par le rezzou de Laroussi (140 guerriers). Le lieutenant Bouillon, heureusement renseigné à temps, laisse venir l’attaque qu’il brise facilement. Laroussi est tué. Durant l’entre-deux guerres, la situation dans la bande sahélienne est tendue : les raids de pillards persistent malgré l’acquisition par la France des techniques de combat, déplacement et vie dans le désert. Une solution est trouvée à l’insécurité lorsque le Rio de Oro (partie de désert entre le Maroc et le Sahara occidental, colonie espagnole à l’époque) est enfin contrôlé.


4 avril 1943 : raids aériens alliés.

Sur Boulogne Billancourt où les usines Renault sont dévastées. Plus de 400 morts. Sur Kiel (Allemagne du Nord) lors d’un raid de nuit meurtrier sur le port de la Baltique.


4 avril 1949 : signature du traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

La montée en puissance du péril soviétique depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale installe progressivement le monde dans un état de guerre froide. L’ONU (créée en 1945), dernière instance internationale pour régler les différends entre Etats ne parvient pas à faire peser une menace suffisante sur les pays expansionnistes et n’empêche pas le blocus de Berlin (juin 1948 à juin 1949) ou le coup de Prague (février 1948). Voulant s’unir pour lutter contre la menace soviétique, 12 Etats occidentaux créent l’OTAN. Organisation politico-militaire dont le siège après avoir été à respectivement à Paris et Rocquencourt jusqu’au retrait français de la structure intégrée en 1966 est à Bruxelles et le commandement militaire (SHAPE) à Mons, elle n’a jamais mené d’interventions contre le pacte de Varsovie. Sa première intervention remonte à décembre 1995 en Bosnie Herzégovine alors que l’URSS n’existe plus depuis 1991. L’Alliance Atlantique fête ses 64 ans et compte aujourd’hui 28 membres dont certains sont d’anciens satellites du bloc communiste. La raison d’être, initiale, de l’OTAN ayant disparu avec la chute du communisme, l’Alliance s’implique aujourd’hui dans la lutte contre le terrorisme et la gestion de crises.