24 août 410 : sac de Rome.

Les forces Wisigoths d’Alaric, en rébellion contre la puissance romaine suite à des vexations, pillent durant trois jours la capitale impériale. Ordre leur a cependant été donné (par Alaric 1er) d’épargner les édifices religieux où la population a trouvé refuge.

En fait, si les Wisigoths ont certes été tolérés par les empereurs romains après leur entrée dans l’empire en 376, dès leur installation ils n’aspirent qu’à gagner les rives méditerranéennes (et surtout l’Italie qui leur est interdite). Leur chef Alaric demande toujours plus de pouvoir et d’argent et joue, pour s’imposer, des rivalités qui affaiblissent le cœur de l’empire. Ainsi, le sac de Rome ne trouve pas son origine dans de simples vexations mais dans un plan de conquête beaucoup plus ambitieux compte tenu de la faiblesse grandissante de Rome. A noter que l’empire romain d’Orient va quant à lui résister (Empire byzantin) jusque vers l’an mille grâce à un perfectionnement des savoir-faire tactiques et stratégiques romains (notamment adaptés au renseignement, à la stratégie indirecte et à ce que l’on nommerait aujourd’hui la manœuvre politico-militaire).

Lire à ce sujet : E. Luttwak, La grande stratégie de l’Empire byzantin.


24 août 1217 : exécution d’Eustache Busket dit Eustache le Moine ou le Moine noir.

« Issu d’une famille noble de Boulogne, il se défroque de l’ordre de Saint-Benoît afin de venger son père assassiné par Renaud de Dammartin, comte de Boulogne. Après avoir écumé les terres de son ennemi, il devient corsaire et mercenaire au service du roi d’Angleterre, Jean sans Terre, puis de Philippe Auguste, roi de France. Il rançonne les navires avec une hardiesse hors normes, contribuant à sa réputation. Il est fait prisonnier à la bataille de South Foreland ou bataille de Sandwich où la flotte française est défaite alors qu’elle se rend dans la Tamise. Décapité sur le pont d’un bateau, sa tête est exhibée dans tout le sud de l’Angleterre. Il passe à la postérité dès le XIIIe siècle avec Le roman d’Eustache le moine, puis en 1964, dans le Journal de Tintin avec la bande dessinée, Eustache le moine, corsaire du roi. Enfin, il aurait inspiré Hugo Pratt pour le personnage du Moine dans le premier opus de Corto Maltese ».  CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).


24 août 1226 : mort de Gengis Khan (Chine).

Né dans les steppes mongoles, il se créée un empire gigantesque (de la Chine à la mer Caspienne) que ses fils étendront jusqu’aux portes de l’Europe. Il passe pour le plus grand conquérant de l’Histoire. La biographie que lui a consacrée René Grousset est utile (tout en étant assez ancienne, 1944) car permet d’ajouter des facettes au personnage que l’on connait surtout pour son caractère impitoyable et ses hécatombes chez ses ennemis.


24 août 1572 : massacre de la Saint Barthélémy (Paris).


24 août 1814 : les Britanniques incendient la Maison Blanche.

Suite à la première abdication de Napoléon 1er, les Britanniques envoient des troupes en Amérique du Nord pour renforcer leurs garnisons du Canada, mener des raids contre les villes américaines et laver l’affront de l’incendie de York, un an auparavant.  Le général Ross attaque la ville avec 4000 hommes qui incendient le Capitole et la Maison Blanche. Des pierres noircies ont été conservées à l’intérieur de l’édifice pour rappeler l’évènement.


24 août 1949 : le traité créant l’OTAN entre en vigueur  (Washington).

Créée le 4 avril 1949, l’organisation existe pleinement à partir de la ratification de la convention d’application du traité.


24 août 1968 : premier essai de la bombe H française (Fangataufa).

Une bombe H (c’est-à-dire thermonucléaire) d’une puissance de 2,6 mégatonnes explose à 520 mètres d’altitude sous un ballon. C’est l’essai français le plus puissant. La France devient la 5e puissance thermonucléaire.


24 août 1991 : démission de Gorbatchev (Moscou). Le secrétaire général du Parti communiste de l’URSS démissionne de ses fonctions, même si le putsch tenté contre lui le 19 août échoue grâce à l’habile récupération de Boris Eltsine.