20 mai 1217 : seconde bataille de Lincoln (Angleterre).

Défaite du capétien Louis VIII dit le Lion (père de Saint Louis et fils de Philippe Auguste), entraînant la perte de la couronne d’Angleterre. Arrivé en Angleterre un an auparavant parce que les barons anglais ne veulent plus de leur roi (Jean sans terre), il est acclamé roi d’Angleterre à Londres (1216). Constatant un an plus tard qu’il n’est pas suffisamment maniable, les barons le boutent hors du pays.


20 mai 1756 : bataille navale de Port-Mahon (Minorque – Baléares).

Dans le cadre de la guerre de 7 ans (1756-1763), la flotte du lieutenant-général de la Galissonnière escorte un convoi de 12 000 Français qui débarquent sur l’ile. L’amiral anglais Byng, avec une flotte de même taille attaque la Galissonnière mais doit rompre le combat. L’annonce de cette défaite à Londres déclenche la fureur de l’opinion publique anglaise. Byng est traduit en conseil de guerre, condamné à mort et exécuté (14 mars 1957).


20 mai 1896 : Djibouti devient une colonie française.

Sous le nom officiel de Côte française des Somalis et dépendances (Obock, Tadjoura, Gobad, Goubbet, Danakils) la colonie est créée et placée sous l’autorité du Ministre de France à Addis Abeba (Ethiopie).


20 mai 1929 : première inauguration de l’ossuaire de Douaumont.

L’ossuaire symbolisant tellement la bataille de Verdun, et elle-même symbolisant à elle seule la Première guerre mondiale, la nécropole a vécu tout au long de sa construction une succession de visites inaugurales des autorités de l’époque. Le président du Conseil, Poincaré (20 mai), le Président de la République, Doumergue (23 juin) puis Lebrun (7 aout 1932). Elle a été financée aux 9/10ème par les souscriptions privées. Lire le très beau texte d’Antoine Prost, Verdun dans Les Lieux de mémoire.


20 mai 1940 : campagne de France.

Rommel prend Arras et Guderian atteint la Manche à Noyelles : les forces alliées sont coupées en deux.


20 mai 1941 : les parachutistes allemands sautent sur la Crète.

L’opération Merkur est déclenchée au matin.  17 000 Allemands sont engagés : la moitié par largage de parachutistes sur trois aérodromes de l’île ; le restant débarque par bateaux. La bataille de Crète durera deux semaines. Elle se solde par une victoire allemande mais au prix de lourdes pertes (surtout chez les parachutistes) qui dissuaderont l’état-major allemand de tenter à l’avenir une opération aéroportée d’une telle envergure.


20 mai 1955 : le CEA est reconnu « Maître d’œuvre en matière d’armement atomique ».

Un protocole d’accord est signé entre les Armées, le ministère des finances et le CEA.


20 mai 1969 : fin de la bataille d’Ap Bia (Vietnam).

Victoire sur le terrain, défaite dans les médias. L’aviation ainsi que l‘infanterie US et sud-vietnamienne donnent l’assaut final à la colline d’Ap Bia où sont solidement retranchés les derniers défenseurs nord-vietnamiens. Les américains perdent une compagnie et ont plus de 300 blessés alors que les défenseurs sont anéantis (630 tués et un nombre indéfini de blessés). Cette bataille apparait à l’opinion publique américaine comme une boucherie (Ap Bia devint la bataille de hamburger Hill !) lorsque les médias s’en font l’écho. Critiquée par des sénateurs US, l’opération initiale visant à causer un maximum de pertes chez les nord-vietnamiens, si elle réussit en partie sur le terrain, est perdue médiatiquement aux USA, l’état-major ne parvenant pas à rétablir les faits et surtout à les remettre en perspective.