mercredi, 30 janvier 2013

Transparence et industries de défense : Les étranges méthodes de Transparency International

L’ONG Transparency International a développé un programme qui se nomme Transparency International’s Defence and Security Programme (TI-DSP). Ce programme a réalisé un rapport, dans lequel une note entre A et F est attribuée aux 129 plus grandes entreprises de défense du monde.

Cette étude se veut une évaluation des moyens qu’elles mettent en œuvre dans leur lutte contre la corruption. Selon ce rapport, la grande majorité des entreprises de défense n’ont pas mis des systèmes satisfaisant pour lutter contre la corruption. Parmi celles-ci, il est étonnant de constater que les principales entreprises françaises comme Zodiac, Nexter, Dassault et DCNS obtiennent les plus mauvaises notes de ce classement. Cependant cette étude n’est pas sans poser des problèmes à différents niveaux. 

 

Qu’il est bon d’être évalué par l’organisme que l’on subventionne… 

Sur le site de Transparency International, il est possible de lire une définition plus précise de ce qu’on entend par contributeurs : "Les contributeurs fournissent des subventions, des projets, des dotations et des soutiens en nature pour Transparency International-Etats Unis et l’ensemble du mouvement Transparency International. Les contributeurs comprennent des donateurs individuels, des fondations et des gouvernements, ainsi que des entreprises et des cabinets professionnels".

Parmi ces contributeurs, il est intéressant de noter que Transparency International compte les entreprises de défense Fluor Foundation, Lockheed Martin Corporation mais aussi Northrop Grumman Corporation, Raytheon Company et l’USAID.

C’est sans grande surprise que le lecteur de ce rapport découvrira qu’il y a une similitude particulière entre les contributeurs et les entreprises qui sont les mieux notées dans ce classement. Ainsi, il n’est pas étonnant de retrouver Fluor corporation en première position, suivie de Northrop Grumman et des autres contributeurs de Transparency International. Les questions à se poser sur  l’objectivité et l’impartialité de cette évaluation sont donc nombreuses.

Lire la suite